Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 00:59

 

Noël arrive et puisqu’il existe encore de beaux livres à offrir, pour des cadeaux durables et « intelligents », voici les propositions de Musicalame.

 

Week-end de Forum Libération oblige, commençons par :

 

Libération. 1970 . 1980 . 1990 . 2000 : la musique

(Flammarion, 49.90 €)Libé et la Musique

  

Quatre décennies de vie musicale revisitées dans ce grand livre (format 37 cm x 29 cm) à travers les unes et les articles de Libération depuis le vendredi 19 octobre 1972, quand Jean-Paul Sartre était directeur du journal…

Jazz, rock, chanson française, musiques du et dans le monde. Sorties d’albums ou frasques des divas. « Nécros de la décennie » (Elvis, Lennon, Miles, Bashung). Entretiens avec les stars éternelles ou du moment. Concerts marathon à résonnance planétaires (Wembley en 1985 contre la famine en Afrique). Emergence des nouvelles formes de musique ou d’expression (rap, hip-hop, etc.) : Libé nous offre un long flash-back de 40 ans, où la nostalgie rivalise avec le (sou)rire devant les visages, les airs qui remontent en mémoire rien qu’à les voir et les événements de nos vies quotidiennes indissociables de ces souvenirs-là.

 

 

Les InrockuptiblesLes Inrockuptibles, 25 ans d'insoumission

(Flammarion, 40.50 €)


Ce livre n’est pas le jumeau du précédent !

Il s’ouvre sur la reproduction miniature de toutes les unes du journal depuis le premier numéro en 1986.

Suivent 25 ans d’entretiens, reproduits sur un très beau papier glacé, avec des musiciens de tous horizons, des cinéastes, des acteurs, des écrivains, des hommes politiques, etc. Chaque année, une sélection Inrocks des millésimes musique, cinéma et littérature.

Les photos sont magnifiques, la mise en page très agréable, les artistes invités passionnants. Bref : un TRES TRES beau bouquin pour les trois générations de lecteurs potentiels de ce noël 2011 !

 

 

 

Le nouveau dictionnaire du jazzDictionnaire du Jazz

de Philippe Carles, André Clergeat et Jean-Louis Comolli (Bouquins, 32.50 €).


Les amateurs de jazz attendaient depuis longtemps la réédition du Dictionnaire paru d’abord en 1988 et renouvelé en 1994. Musiciens, compositeurs, labels, producteurs, etc. : (presque) tous ceux qui ont fait le jazz depuis une bonne centaine d’années y sont présentés, et notamment les musiciens des deux dernières décennies.


A mettre entre les mains de tous ceux qui aiment cette musique ou souhaitent la connaître mieux.

 

 

 

Icones-du-Jazz.jpg

Icônes du Jazz

de Peter Bolke et Stan Cuesta (Stéphane Bachès, 46.00 €)


Dans la continuité des Routes du Jazz publié fin 2010 chez le même éditeur, et bien trop vite épuisé, Icônes du Jazz propose huit portraits de huit incontournables du genre : Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Billie Holiday, Dizzy Gillespie, Sonny Rollins, Miles Davis, Dave Brubeck et John Coltrane.

Très bien illustré, l’ouvrage est complété de 8 CD réunissant les plus grands succès de chacun des musiciens.

Le livre-cadeau par excellence, à destination de ceux qui aiment joindre l’écoute à la lecture.

 

 

 

 

 

  Danser sa vie : Art et danse de 1900 à nos joursDanser-sa-vie.jpg

de Christine Macel et Emma Lavigne (Centre Pompidou, 49.90 € - Epuisé)


Ce catalogue fait écho à l’exposition du même nom, proposée au Centre Pompidou du 23 novembre 2011 au 2 avril 2012.

 

Epoustouflant parcours de l’histoire de la danse et de ses liens avec les autres arts (peinture, sculpture, « image ») au cours du siècle dernier.

Très grande richesse documentaire et iconographique.


Un livre tout simplement superbe pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’art du XXe.

 

 

Danser sa vie - EcritsDanser sa vie : Ecrits sur la danse

de Christine Macel et Emma Lavigne (Centre Pompidou, 19.50 € - Epuisé)


De Friedrich Nietzsche à Stéphane Mallarmé, de François Delsarte à Emile Jaques-Dalcroze, de Nijinski à Merce Cunningham, cette anthologie rassemble des textes historiques et contemporains, qui permettent de comprendre combien la danse est un fait social total, intéressant tout à la fois les champs de l’anthropologie, de la philosophie, de l’histoire de l’art mais aussi de la poésie.

Un complément (presque) indispensable au Catalogue dirigé par les mêmes auteures.

 

 


Claquettes box

de Tula Dyer (Milan, 16.90 €)Claquettes Box


Des années qu’on nous demandait s’il existait « quelque chose » sur les claquettes : voici un petit coffret fort sympathique pour s’initier à l’art de Fred Astaire et Ginger Rogers !

Il contient :

- un livre d’initiation illustré pour apprendre le b.a.-ba des claquettes, de la pose des fers aux différents pas de base,

- deux paires de fers unisexes à fixer, adaptables à toutes les chaussures,

- un CD audio avec de nombreuses plages musicales pour s’entraîner au fil des leçons proposées dans le livret.

 

 

 

Revue Tango

(Tango Bar, 19.50 €)

Amoureux de tango, de littérature, de voyage et de poésie, réjouissez-vous : la revue Tango (1983-1985) est revenue ! Et surtout précipitez-vous : il n’y aura que 4 numéros, les trois premiers étant disponibles à Musicalame.

Car avec 4 numéros tous les 25 ans, Tango est ce que certains appellent un « objet culte non identifié ». Il suffit de voir la liste des auteurs qui s’y pressent : Jean Echenoz, Francis Marmande, Paul Fournel, Jean-Bernard Pouy, Marc Villard, Jean-Louis Ducournau (capitaine de ce si bel équipage). On y trouve aussi du dessin, de la poésie, des photographies, un peu de jazz, beaucoup d’intelligence.

Voici ce qu’en disait le Nouvel Observateur en 1984 : Tango, c’est les trottoirs de Buenos Aires, les dancings de la Coupole, un motel du Middle West ou des docks de Rotterdam. C’est une revue d’une beauté dure et maquillée, exigeante, qui se lit, se chante, se danse ou se boit, comme une téquila, au-dessous d’un volcan. [...]. Votre tube de l’été sera peut-être ce néon, bandonéon blafard où s’éclaire l’ubac de la vie.

Pour tout savoir de l’aventure de Tango, voyez le site : http://www.tango-bar-editions.com/.

Une chose est sûre : le jour où il n’y restera plus ici qu’un exemplaire disponible de ce lot de beauté, ne comptez pas sur moi pour vous le vendre !


Tango 1                Tango 2                Tango 3

 

 

 

Dans la tête de Richard WagnerDans la tête de Richard Wagner

de Christophe Looten (Fayard, 38.50 €)

Dans ce volumineux ouvrage (1100 pages !), Christophe Looten propose une sélection d’extraits des dix volumes des Œuvres en prose où Wagner expose ses opinions sur les sujets qui l’intéressaient, c’est-à-dire à peu près tout : la mode et l’atome, la tragédie grecque, Schiller et Darwin, les vêtements des Allemandes, la nudité grecque, mais aussi Goethe, Balzac ou Shakespeare qu’il considérait comme le plus grand poète allemand.

Il y est question d’Art et de climat, de Bach et de Mendelssohn, de Liszt et de Mozart, de musique et de gymnastique, de sculpture, d’harmonie, de Jésus-Christ, de suicide, etc.

Cent dix sujets de réflexion, commentés et enrichis de nombreuses citations du Journal de Cosima, ainsi que de lettres inédites en français.

La diversité des thèmes abordés est si vaste qu’elle en attise l’appétit à mieux connaître le compositeur mais aussi l’homme et ses points de vue sur le monde passé et présent.

 

 

Les grands violonistesLes grands violonistes du XXe siècle.

Tome 1 – De Kreisler à Kremer, 1875 – 1947

de Jean-Michel Molkhou (Buchet Chastel, 23.35 €)

Voici un ouvrage qui manquait à tous les amateurs de violon ! Cinquante violonistes légendaires nés avant 1947 sont présentés à travers une courte biographie, le récit de leur carrière, les spécificités de leur jeu, les instruments qu’ils ont joués et les œuvres phares de leur répertoire.

Cinquante portraits et visages de ces hommes et femmes qui ont marqué l’histoire de la musique.

En complément, un CD (format mp3) de 8 heures et 65 morceaux permet d’entendre le « son » de chacun d’entre eux. Les références des enregistrements sont toutes précisées en annexe.

 

 

Guide de la musique de la RenaissanceMusique Renaissance

sous la direction de Françoise Ferrand (Fayard, 39.60 €)

Ce livre-là a une « histoire » à Musicalame : il était déjà à paraître fin 2004, quand nous préparions la création de la librairie, et depuis tout ce temps, nous l’avons attendu, espéré chaque année…

Le voici enfin, complément indispensable aux Guide de la musique du Moyen Âge et Guide de la musique baroque, également chez Fayard.

La première partie du Guide expose les caractères généraux de la musique à cette époque : humanisme, langage, théorie, forme, instruments, etc.

La seconde partie présente, par ensembles géographiques, les différents acteurs de la vie musicale (compositeurs, interprètes, souverains, mécènes) et le cadre dans lequel elle se déroule (villes, cours) ainsi que les formes spécifiques à chacune de ces entités géographiques.

Parution le 1er décembre, et c’est sûr puisque j’en ai un exemplaire entre les mains !

 

 

Musique au Moyen AgeLa Musique au Moyen Âge

sous la direction de Vera Minazzi (CNRS, 89.25 €)


Ce livre est une merveille. Un vrai « beau livre ». Une plongée passionnée et passionnante dans l’histoire de la musique au Moyen Âge et ses représentations dans les autres arts : peinture, architecture, sculpture, enluminure, etc.

L’iconographie est splendide, les reproductions somptueuses, le contenu digne des plus grands spécialistes de la période au CNRS.


Voilà. Il n’y a rien d’autre à dire si ce n’est qu’il serait folie de laisser le tirage s’épuiser sans acquérir ce trésor d’érudition et de beauté.

 

 

 

 

Polyphonies. Paul Klee (1879-1940)Polyphonies---Klee.jpg

(coédition Actes Sud, Cité de la Musique, 45.70 €)

Parmi les artistes majeurs de la première moitié du XXe siècle, Paul Klee se distingue par sa pratique suivie de la musique, tant comme violoniste de niveau professionnel que comme auditeur enclin à partager son appréciation intime du langage musical. Partie prenante de sa théorie artistique, la musique n’est pas seulement pour l’artiste une passion de jeunesse. Elle anime, sa vie durant, la quête d’un élargissement des possibilités expressives de la peinture.

Ce livre éclaire le cheminement de ce projet artistique d’exception à travers les débats esthétiques les plus significatifs de l’époque. Le dialogue de Klee avec ses contemporains (l’expressionnisme, le cubisme, le mouvement Dada, …), son engagement théorique et pédagogique au Bauhaus, témoignent d’une attention aiguë portée aux enjeux de l’avant-garde, au sein d’un parcours qui aspire à une synthèse entre classicisme et modernité.

 

 

Un rappel au sujet d’un incontournable :

 

MusiciennesMusiciennes. Enquête sur les femmes et la musique

de Hyacinthe Ravet (Autrement, 22.40 €)


Où l’on découvre – entre autres récits sidérants de la misogynie des orchestres allemands et autrichiens – qu’en 1984, Karajan faillit démissionner de l’Orchestre Philharmonique de Berlin parce que les musiciens refusaient d’y accepter Sabine Meyer, clarinettiste aujourd’hui mondialement reconnue. Du coup, ils lui concédèrent une « période d’essai », au terme de laquelle ils la rejetèrent par 73 voix contre 4. Motif : sa sonorité ne s’accordait pas à la leur…

Cette passionnante enquête intéressera toutes les femmes qui doivent encore se battre en 2011 pour obtenir une juste reconnaissance de leur talent. On espère que cela ne bousculera pas qu’elles !

 

 

A noter aussi :


Le Lied. Poètes et paysagesLied_Tubeuf.jpg

d’André Tubeuf (Actes Sud, 29.50 €)


Réédition révisée par l’auteur de l’ouvrage paru une première fois en 1993.

Le lied serait né avec Franz Schubert. Puis vinrent Robert Schumann, Johannes Brahms et Hugo Wolf. Les quatre « grands » selon Tubeuf. Et quelques autres aussi, quand même, comme Loewe, Beethoven, Strauss, Mendelssohn, Wagner et Mahler.

Dans ce style si reconnaissable, Tubeuf explore l’histoire du genre et de ses principaux compositeurs.

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 21:33

 

Lundi 21 novembre 2011 à 19h00, Musicalame accueille Marc Vignal

 

Mahler SolfegesMusicologue auteur de très nombreux ouvrages :

Mahler chez Points / Solfèges,

Michael Haydn chez Bleu Nuit,

Beethoven et Vienne et Clementi chez Fayard / Mirare,

Haydn et Mozart, Joseph Haydn, Les Fils Bach, Sibelius (épuisé) chez Fayard,

et coordinateur du Dictionnaire de la Musique chez Larousse,

Marc VIGNAL sera à Musicalame le 21 novembre à 19h00 pour une rencontre avec ses lecteurs.

 

2011 marque le centenaire de la mort d’un géant de la musique au XXe siècle : Gustav Mahler.


A cette occasion, Marc Vignal donnera des conférences sur Mahler et la musique vocale :


* Le 21 novembre à 14h15, avec Ecully Musical (www.ecully-musical.fr/public/_Photos/Programme_saison_2011_2012/DEPLIANT_5_volets_2011-2012.pdf),


* Le 22 novembre à 14h30, avec le Mozarteum de France (www.mozarteumdefrance.org/conferences.htm)

 

Le 21 au soir, il est chez nous pour vous !

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 21:02

 

Vendredi 18 novembre 2011 à 19h00

Voyage en Mongolie, avec les yeux et les oreilles

 

De retour en France pour la tournée du spectacle jeune public « Contes du ciel et de la terre » produit par le GMVL (Groupe Musiques Vivantes de Lyon), Bayarbaatar Davaasuren revient à Musicalame pour le plus grand bonheur de celles et ceux qui eurent la chance de l’y rencontrer en mai 2007, et surtout ceux qui n’y étaient pas !

 

Responsable artistique au Théâtre des Arts Traditionnels d’Oulan Baator, capitale de la Mongolie, Bayarbaatar Davaasuren est chorégraphe et danseur traditionnel.

Il est aussi chanteur et pratique (avec une aisance si déconcertante…!) le chant diphonique.

 

Le 18 novembre prochain, il sera accompagné par Chinbat Baasankhuu, joueuse de Yatag (famille des harpes et des cithares).

 

Pour toute la durée de la tournée, Musicalame accueillera l’exposition des photographies des artistes de Christian Varlet. Le vernissage se fera à 19h, en préambule au récital de musique mongole.

 


Bayarbaatar          Baasankhuu

 

Pour en savoir plus sur les « Contes du ciel et de la terre » et mieux découvrir les artistes que nous accueillerons, voyez là : www.gmvl.org/fichiers/fr/ContesMongols.pdf

 

Pour tous ceux qui aimeraient découvrir les mystères du chant diphonique, le GMVL organise des stages d’initiation et de perfectionnement les 19 et 20 novembre 2011.

Vous trouverez toutes les informations (lieu, horaires, tarifs, inscription) à cette adresse :

www.gmvl.org/newsletters/plaquette_stage.pdf

Offrez-vous ce plaisir et faites passer l’information à vos amis qui ont toujours rêvé sans jamais avoir osé le dire !

 


Partager cet article

Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 22:17

 

Jeudi 17 novembre 2011 à 19h00

Gilles Cantagrel présente J.-S. Bach : Passions, messes et motets

 

On ne présente plus Gilles Cantagrel, LE grand spécialiste de Jean-Sébastien Bach ! Tant d’années qu’il en fréquente le quotidien au point d’en connaître tous les secrets les plus intimes.

 

Passions Messes MotetsFidèle entre les fidèles de Musicalame, Gilles Cantagrel nous revient pour présenter son dernier ouvrage paru aux éditions Fayard : J.-S. Bach : Passions, messes et motets.


Dans la continuité du monumental Les cantates de J.-S. Bach paru en mars 2010, il se consacre ici aux Passions (dont « la » Saint-Jean et « la » Saint-Matthieu), aux messes (et notamment la Messe en si mineur dont le public d’Ambronay ne risque pas d’oublier la présentation le mois dernier), aux motets et à quelques autres œuvres vocales attribuées au compositeur.

Introduction générale, texte original et traduction, commentaires historiques, musicaux, spirituels : chaque œuvre est mise en perspective et analysée en détail.

Comme toujours, l’immense érudition de Gilles Cantagrel et sa générosité pour la partager rendent cette présentation parfaitement accessible au lecteur mélomane non spécialiste.

L’homme Bach, le musicien qui compose et s’implique dans la vie de la cité. Bach le père, l’époux, l’ami. Bach le croyant qui prie et enseigne les masses à travers sa musique, sa foi, ses doutes, ses peurs peut-être à l’approche de la mort : Gilles raconte Bach comme personne.

 

Vous avez rendez-vous avec lui, jeudi 17 novembre à 19h, à Musicalame. Il est prudent de réserver.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 22:17

 

Jeudi 3 novembre 2011 à 19h30, Diana Baroni Trio


 

Avant même de rencontrer Diana, sa musique nous faisait déjà rêver.

 

Son-de-los-Diablos.jpg

Son premier disque était même au générique de la première émission que France Musique consacra à Musicalame. Si vous ne connaissez pas encore Son de los Diablos, ce délicieux voyage dans le répertoire afro-péruvien baroque publié sur le label Alpha, ruez-vous chez nous !

 

Argentine d’origine, Diana est flûtiste (baroque) et chanteuse. Elle vit et travaille en Europe depuis plus de 16 ans.

Avec Pablo Valetti et Céline Frisch, elle a créé le Café Zimmermann, cet ensemble qui produit tant de pures merveilles sur le label Alpha depuis 2004.

Elle collabore notamment à 3 des 6 disques Johann Sebastian Bach - Concerts avec plusieurs instruments signés du Café Zimmermann.

 

 

Flor de Varena

 

De son envie d’explorer le répertoire baroque d’Amérique du Sud est né le Trio Baroni et un nouvel album : Flor de Verano (Pao Records), qu’ils vous invitent à venir découvrir en musique à Musicalame le 3 novembre prochain.

 


Diana BARONI: Chant, Traverso

Tunde JEGEDE : Kora, Violoncelle

Rafael GUEL : Vihuela, Percussions, Chant

Alfonso PACIN : violon, guitare

 

 

Voici ce que Diana dit de ce voyage :

"Dans notre programme Flor de Verano, nous souhaitons recréer une journée imaginaire, depuis le lever du soleil jusqu’à la disparition de la dernière étoile ; journée qui reflète la riche et populaire ambiance des colonies, issue des traditions métisses.

Lors de la colonisation des terres du Nouveau Monde, ces traditions se forgent, alliant les cultures sud-américaines indigènes, la culture espagnole - elle-même teintée d'influences mozarabes – avec les rythmes et les mythes africains, liés à l’arrivée des esclaves noirs dans les mines et les plantations.

L'art des troubadours médiévaux annonce la pratique devenue légendaire et éternelle de la tradition orale. Entendus et colportés, ‘tonadas’ et ‘pregones’ tissent un réseau de souvenirs transmettant jour après jour ces cultures orales et métissées qui constituent le savoir populaire des peuples sud-américains et dont la sensibilité est la marque du tempérant musical de notre Amérique.

Flor de Verano exprime ainsi, à travers son parcours et sa temporalité, toute la richesse des cultures afro-amérindiennes, qui reconnaît dans sa musique et dans son expression, son origine et son authenticité."

 

Voici ce que nous, nous en disons : la musique que fait Diana est dépaysante et familière à la fois, tout simplement magnifique. Et nous vous espérons nombreux, jeudi 3 novembre, pour partager le moment de grâce qui s’annonce !

 

En savoir plus sur Diana Baroni et son ensemble : www.dianabaroni.com/db-fr

Ils seront en concert à l’Amphi de l’Opéra de Lyon, vendredi 4 novembre 2011 à 20h30, en ouverture du Festival Belles Latinas.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 18:24

L'hébergeur initial ne fonctionnant pas correctement, induisant la perte de nombreuses signatures de ceux qui souhaitent soutenir Musicalame, nous avons dû changer le lieu d'expression.

 

Rejoignez-nous et signez là :

Pour que la Fête des Lumières ne mette pas, une fois encore, Musicalame dans l’ombre !

 

On compte sur vous pour relancer ceux qui n'ont pas réussi à s'exprimer sur l'autre site et aussi faire circuler à tous ceux qui pensent que la culture a encore un peu d'importance...

 

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 20:49

Vous avez été très nombreux à nous manifester votre soutien suite au « coup de gueule » de mi-septembre ( Le patrimoine de Lyon et son dépotoir... ). Vos mots, vos réactions, votre attachement à Musicalame nous ont fait un bien fou ! Voici donc des nouvelles 15 jours après.

 

Acceptant l’invitation de France 3 Lyon à venir en parler sur les lieux, un élu s’est enfin déplacé. Alléluia ! (voir ou revoir l’édition locale Grand Lyon du 19 septembre. Merci à eux, encore une fois.)

Il put donc constater en vrai ce qu’on tentait de faire savoir en vain depuis des mois.

Après les quatre ans que nous venons de subir, l’envie de croire à la promesse que "tout cela changera bientôt" reste prudente… Surtout, elle n’efface pas ce « Personne ne vous a obligée à vous installer là ! » particulièrement indigeste, et toujours pas passé d’ailleurs.

Mais au moins, le taudis sous les échafaudages a été nettoyé et les services d’entretien municipaux semblent avoir redécouvert le chemin jusqu’ici. Quant à une date de fin de chantiers, il n’y en a pas.

 

Aucune réponse n’a été apportée à la demande de ne pas fermer la rue, une 3e fois, pour la Fête des Lumières. Demande collective de tous les commerçants solidaires comme jamais. Demande cruciale pour Musicalame.

 

Pour obtenir une juste liberté de travailler là, j’ai besoin de vous, de vous tous.

J’ai besoin que nous nous « comptions », pour qu’ils comprennent que Musicalame est connue et appréciée et importante bien au-delà de notre petite rue lépreuse.

J’ai besoin qu’ils sachent que vous nous parlez des 4 coins de France, Corse et DOM-TOM compris, du Québec, de Suisse, d’Allemagne ou des Etats-Unis !

Et comme toujours en démocratie, seules les voix exprimées compteront.

 

Pour se compter efficacement, il n’y a que la pétition. J’en ai donc préparé une.

Pour qu’elle arrive en temps voulu chez le Préfet, le Maire de Lyon et celui du 1er (meilleur moyen de lutter contre le chronique : « c’est pas moi, c’est l’autre »), il faut agir vite.

 

Après une première tentative sur un site fonctionnant très partiellement, la pétition a changé d'hébergement.

Pour soutenir la demande de Musicalame, la pétition est là :

Pour que la Fête des Lumières ne maintienne pas, une fois encore, Musicalame dans l’ombre.

Signez et diffusez, relayez vers vos réseaux, activez vos amis et relations musique et danse.

 

Deux précisions pour les moins habitués à ce type d'outil :

- Seul votre prénom et vos commentaires (précisant éventuellement qui vous êtes d'ailleurs) apparaîtront publiquement dans la liste des signataires. Les autres informations ne seront visibles que de moi et des destinataires. Signer ne vous expose pas à une avalanche de spams : le site de pétitions s’engage à ne faire aucun usage des adresses électroniques.

- Quand vous avez signé, n’oubliez pas de valider votre acte en l’activant par le mail que vous recevrez immédiatement. Unique façon de vérifier que c’est bien vous qui vous exprimez. La version électronique de la lutte contre le « bourrage des urnes » en quelque sorte ;-)

 

La colère avec le son :

http://www.tribunedelyon.fr/index.php?pres-de-chez-moi//reportages//1/40644-isabelle-maillot-:--la-rue-pizay-est-devenue-un-taudis-

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 17:34

IMGP0690

Ce week-end encore, les Journées Européennes du Patrimoine draineront vers le centre de Lyon des milliers de visiteurs, touristes ou locaux, mais une fois de plus, Musicalame sera exclue de la fête…

Pourquoi ?

 

Parce que depuis des années, la rue Pizay est un dépotoir nauséabond que personne, sauf à y être obligé, n’emprunte volontiers, à supposer encore qu’il n’en soit pas physiquement empêché.

 

Ça a commencé par l’interminable chantier du Starbucks (mais alors, nous ne savions rien vraiment du sens du mot « interminable »…).

 

Ça s’est poursuivi par la réfection de l’immeuble de la Police Municipale (démarré en fanfare en mars 2010, ce n’est toujours pas achevé aujourd’hui. Belle efficacité !)

 

Comme par enchantement, deux jours avant le défilé de la Biennale de la Danse, il y eut quelques heures de propreté : la Culture, la vraie, impose parfois des sacrifices aux services municipaux apparemment.

 

IMGP0500

Dans la foulée, délicieuse période de forte animation et de désert commercial avec le braquage du bureau de change rue de la République fin septembre, suivi de près par l’inoubliable concerto pour marteau-piqueur et dameuse qui dura une pleine semaine sous nos fenêtre pour je ne sais quelle canalisation.

Ce dont on se souvient en revanche, c’est que pendant cette semaine-là, personne ne pouvait venir à la librairie totalement inaccessible toute la journée. La fête non ?

 

Virent ensuite les émeutes de l’automne et le blocage des transports en commun qui nous ont bien remonté le moral.

 

Avant que l’enfer reprenne de plus belle fin octobre 2010 pour la réfection de l’immense immeuble voisin du nôtre.

 

 

 

 

Comble de l’acharnement manifeste contre ceux qui tentent de survivre rue Pizay, « on » a décidé de bloquer l’accès pendant toutes les festivités du 8 décembre, dès 16h30, même et surtout aux piétons et potentiels clients de nos commerces.

Quatre CRS et leurs barrières de chaque côté chaque soir : circulez, y a rien à voir !

 

IMGP0683

Ceux qui prennent la décision d’interdire toute activité à une librairie à trois semaines de Noël sont soit inconscients, soit assassins. Dans les deux cas, ils ont bien de la chance : leur salaire (payés aussi par mes impôts et mon travail) tombe tous les mois. Le nôtre n’existe pas si nous ne pouvons pas vendre de livres !

 

Jamais un mot d’explication.

Encore moins d’excuses pour le « dérangement ».

Pas la moindre indemnisation bien sûr pour le manque à gagner.

Quelques promesses d’amélioration à l’époque (qui n’engagèrent que nous, tant nous voulions les croire).

Même plus de réponse à nos appels au secours des derniers mois. Il faut dire que nous ne sommes pas en période électorale et que Pierre-Yves est parti… Un seul directeur de cabinet vous manque et tout est négligé.

 

Mais à ce train, c’en sera bientôt fini de 6 années de vie, d’investissement, de travail, d’enthousiasme et d’espoir.

 

 

IMGP0367

Jeudi 22 septembre, nous accueillerons Philippe Lesage et Gilles Cantagrel, ancien directeur de France Musique, membre du Haut Comité aux célébrations nationales et de l’Académie des Beaux-Arts.

 

Samedi 24 septembre, c’est Frédéric Lodéon, qu’on ne présente plus, qui viendra jusqu’à nous.

 

Et vous savez quoi ? J’ai HONTE de les imaginer longer la décharge qu’est cette rue pour accéder à Musicalame. J’ai honte et je me dis que bien d’autres devraient avoir honte avec moi !

 

 

 

Pour conclure, un rappel à nos élus si chers : la rue Pizay fait aussi partie de la zone classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Elle n’en est pas le dépotoir.

PS : il manque "l'odeur" sur les images. Mais avec un petit effort, on imagine aisément.


Partager cet article

Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 13:36

 

Les premiers colchiques roses déjà, quand les noix demandent encore un peu de patience, les vignes qui ploient sous les grappes avant que des volées de vendangeurs ne les soulagent, ce duvet de rosée blanche au matin sur les champs au vert déjà moins vif, et les jours qui raccourcissent, et les embouteillages de nouveau à l’entrée de la ville, et les souvenirs de vacances qui piquent les yeux comme une poussière de nostalgie…

C’est l’automne, et c’est la fête, puisque septembre, c’est Ambronay !

 

Partenaire de la première heure, fidèle entre les fidèles, Alain Brunet, « son festival » et les éditions d’Ambronay offrent un cadeau royal à Musicalame cette année : la présentation en avant-première du livre L’Abbaye d’Ambronay – Désirs de lieux, par Béatrice Méténier.

C’est jeudi 8 septembre à 19h30. Plus de détails dans la rubrique Agenda des Rencontres.

 

Du 9 septembre au 2 octobre 2011, profitez d’un programme exceptionnel concocté tout en l’honneur de Bach (www.ambronay.org/Festivals/2011).

Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets : du Bach et du baroque bien sûr, mais pas que.

Du jazz, du gospel, de la musique contemporaine et du monde, de la pop et de la danse, des conférences, des spectacles pour les enfants, des stars, des jeunes ensembles, des œuvres connues, des créations, à Ambronay, à Bourg, à Lyon. Bref : un vrai festival !

Ambronay, c’est loin ? Non ! 60 km pile. Et à 4 dans le même véhicule, ça ne coûte pas plus cher que 2 tickets TCL par personne.

Alors on s’organise, on covoiture, on profite des concerts d’après-midi très peu chers (les tarifs « jeunes » à 8, 12 ou 15 euros, ça le fait non ?) et surtout, on découvre et savoure un lieu, des gens, des musiciens fabuleux !

 

Jeudi 22 septembre à 19h30, on vous attend pour une rencontre / dédicace avec Philippe Lesage qui vient de publier aux éditions Papillon la première biographie en français d’Anna Magdalena Bach.

Gilles Cantagrel, préfacier de l’ouvrage, sera là aussi. Et comme vous aimez la musique, et bien des musiciens en feront pour vous. Les détails sont .

 

Au quatrième trimestre, nous accueillerons :

Jean-Philippe Dubor, pour deux conférences d’avant-concert sur le Requiem de Brahms et le Requiem de Fauré chantés cet automne par l’Ensemble XIX,

Gilles Cantagrel, qui (re)viendra présenter son dernier livre consacré aux Passions, Messes et Motets de Bach,

Nicolas Dufetel, à l’invitation du Cercle Richard Wagner qui célèbre l’année Liszt, pour son ouvrage racontant les pérégrinations en province du compositeur,

Bayarbaatar Davaasuren, un des plus grands chanteurs de chant diphonique en Mongolie, danseur traditionnel et directeur du Théâtre National des Chants et Danses Traditionnels à Oulan Bator. Quatre ans après avoir ébloui nos oreilles, il nous revient avec la complicité du GMVL (Groupe des Musiques Vivantes de Lyon).

Le Trio Anadyr (Sophie Béguier : harpe, Pascale Clavel : chant. Eric Modeste : tabla) pour une présentation musicale de leur répertoire.

et quelques autres encore dont nous dirons tout dès que possible.

 

Pour les détails de ces rencontres : tout est dans l’Agenda.

 

Bonne rentrée à tous et hauts les cœurs : quoi qu’il arrive d’ici là, l’été reviendra l’année prochaine !

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 20:27

C'est pourquoi, après 11 mois et 1 semaine de bons et loyaux services non-stop, celles de Musicalame vont aller souffler un peu...

 

Notez que :

 

La librairie sera fermée du 1er au 15 août.

 

Du 25 au 30 juillet, horaires réduits :

* Lundi, 14h - 19h

* De mardi à samedi, 13h - 19h

Profitez-en pour venir faire un joli stock de lectures estivales !

 

Réouverture aux horaires habituels (10 - 19h) à partir du 16 août.

 

La rentrés s'annonce plein de belles invitations à des rencontres toujours aussi conviviales et passionnantes avec des auteurs, des artistes, des professionnels de la musique et de la danse.

 

A très bientôt donc, avec un agenda déjà fort joliment rempli !

 

Bonnes vacances à tous

Partager cet article

Repost0