Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 19:50

 

 

Chers tous,

 
Pour ceux qui ont pu prendre des vacances, nous vous espérons bien reposés, encore un peu dorés de soleil et en pleine forme pour reprendre le travail.
A tous les autres, courage : cela viendra !
 
Sixième rentrée pour Musicalame. La plus importante de son existence.
Cette maison, qui est un peu la vôtre, aura besoin de toute votre fidélité et de votre prosélytisme efficace pour poursuivre l'aventure.
Si chacun de ceux qui "tiennent" à Musicalame y amène un ami ou un collègue qui ne nous connait pas encore, on y arrivera !
De notre côté, nous redoublons d'énergie avec une foi imperturbable dans l'importance d'un lieu comme celui-ci. Ainsi :
 
Durant toute la durée de la Biennale de la Danse (9 septembre - 3 octobre), Musicalame proposera un choix exceptionnel de livres et vidéos sur la danse au Palais du Commerce, de 11h à 17h.
C'est là que vous pourrez rencontrer chaque matin les plus grands danseurs et chorégraphes à l'occasion des conférences de presse quotidiennes.
Là aussi que le Ciné Danse vous permettra de voir des documentaires et captations, souvent indisponibles dans le commerce, sur le travail des maîtres de la danse contemporaine.
Tout le programme de ces rencontres en entrée libre sur www.biennaledeladanse.com.
Bien sûr, les horaires d'ouverture rue Pizay restent inchangés.
 
Une nouvelle fois partenaire du Festival d'Ambronay (10 septembre - 3 octobre), Musicalame y présentera un large choix de livres qui font durer la magie des concerts.
Pour les petits budgets et le public sans voiture, profitez de la joyeuse initiative de l'association "A + dans le bus" (www.jaspir.com/bus/bus.html) qui gère pour vous ce point délicat. Les tickets de bus sont en vente à Musicalame et le programme du festival à cette adresse www.ambronay.org/Festivals.
 
Pour le programme des rencontres à la librairie : c'est dans la page Agenda !
A bientôt,
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 11:01

 

Musicalame prend ses quartiers d'été du 1er au 15 août 2010.

 

Réouverture lundi 16 août 2010 à 14h00

 

Du 27 au 31 juillet, horaires réduits : 13h00 - 19h00

 

Bonnes vacances à tous et à bientôt !

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 11:49

 

Chers tous,

 

L'été est là. Enfin. Avec la perspective d'un peu de grand air et d'insouciance.

 

D'ici là, savourez sans modération le programme du festival Bach en Drôme à Saint-Donat

(www.bachendrome.fr/).

Tout en haut de la colline, sous le ciel bleu et les grands arbres qui battent le vent pour rafraichir les pierres blanches du cloître, la belle équipe du festival vous accueille dans la collégiale pour une offre magnifique de conférences, expositions, concerts.

Ce mercredi, nous y rencontrerons Thierry Escaich et Claire Delamarche.

Lundi prochain, Gilles Cantagrel y "racontera" les cantates de Bach.

Avant, après, que des belles choses.

 

Notre rentrée sera placée sous le signe de la Biennale de la Danse et du Festival d'Ambronay.

 

Chez nous, des rencontres exceptionnelles en perspective (sous réserve) :

 

Le 17 septembre avec Philippe Noisette pour Danse contemporaine mode d'emploi

(Flammarion, 24.90 euros).

 

Le 2 octobre avec Claude Abromont et Eugène de Montalembert pour la réédition chez Fayard du fameux Petit précis du commentaire d'écoute et deux autres nouveautés importantes :

- Guide des genres de la musique occidentale et

- Guide des formes de la musique occidentale.

 

Et plein d'autres rendez-vous prestigieux dont nous vous parlerons dès que les dates seront fixées.

 

Vous ai-je dit qu'après tant d'années de patience, Talkin' that talk - Le langage du jazz, du blues et du rap de Jean-Paul Levet a enfin été réédité dans une version revue et complétée ?!

Merci mille fois à Claude Fabre, l'irremplaçable patron des éditions Outre Mesure, pour toutes les merveilles qu'il produit si courageusement, que nous proposons intégralement à la librairie.

Nous espérons accueillir l'un, tout en rêvant encore, depuis le temps, de voir l'autre franchir notre porte ;-)

 

A tous, nous vous souhaitons un bel été.

N'oubliez pas le stock de bons bouquins dans vos bagages : délicieux à dévorer, si essentiels pour la survie de notre maison...

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 11:33

Chers tous,

 

D'accord, ce temps d'automne nous plombe le moral et nous inciterait volontiers à chercher refuge sous la couette en attendant un improbable été...

Mais il existe des petits coins susceptibles d'alimenter vos soleils intérieurs, qu'il serait dommage de déserter trop longtemps.

Comme Musicalame par exemple, que tant d'autres vous envient !

N'oublions pas qu'à la différence de nos ancestrales piles Wonder que les moins de 100 ans ne peuvent pas connaître, les librairies meurent surtout si l'on ne s'en sert pas...

 

A ceux qui ne sont pas encore inscrits sur le blog de chez nous, rappelons que ce vendredi 18 juin, à 19h, nous recevons l'équipe du festival "Rencontres Musicales Annick Gautier" qui se tiendra à Buxy, dans la côte chalonnaise, le premier week-end de septembre (www.rencontres-musicales.fr).

Festival organisé par des amateurs, au sens le plus noble du mot, il vous propose cette année encore une programmation exceptionnelle : le trio Itier pour une soirée tango, un grand moment romantique avec deux stars de la scène classique : Ophélie Gaillard au violoncelle et Edna Stern au piano, des conférences avec le philosophe Marie-Dominique Goutierre sur le thème "Le philosophe et le musicien" et un final somptueux avec le Quatuor Debussy et la transcription pour quatuor à cordes du Requiem de Mozart ! Le tout dans le cadre idéal des vignes multicolores de Buxy.

Pour un avant-goût des réjouissances, venez partager ce vendredi leur enthousiasme communicatif, un peu de musique, du si bon vin de là-bas et, surtout, réservez vos places dès maintenant pour un week-end inoubliable.

 

Quelques suggestions pour la fête des pères et vos lectures de vacances :

 

(il vous suffit de cliquer sur le titre du livre pour le commander !)

 

Bande originale de Rob Sheffield (Sonatine, 19.25 euros ; Livre de Poche, 6.60 euros)

A partir de sa propre bande originale et des cassettes que lui et Renée enregistraient l'un pour l'autre, Rob Sheffield nous raconte son histoire d'amour trop vite interrompue.

Un récit tour à tour drôle, bouleversant et lumineux, livré sur les accords électriques des chansons d'Aerosmith, Nirvana, Pavement, etc.

 

Juliet, naked de Nick Hornby (10-18, 19,27 euros en grand format et 8.40 euros en poche)

"Que faire quand on pense avoir gâché quinze ans de sa vie ?" C'est la question que se posent tous les personnages du livre. Tucker Crowe, ex-chanteur des eighties, qui passa les siennes à anéantir la moindre de ses relations sentimentales. Duncan, un adolescent de 40 ans qui a dédié tout ce temps à devenir le plus grand admirateur de Tucker Crowe. Et puis Annie, qui partagea ces 15 ans avec Duncan et sa vaine obsession du chanteur. Annie qui regarde sa vie partir à vau-l'eau...

Devant le bilan affligeant de ces années gaspillées, chacun décide de reprendre sa vie en main.

Feu d'artifice d'humour sous la plume expérimentée d'un Nick Hornby au sommet de son art !

 

Bird est vivant ! de Bill Moody (Ed. Rivages/Noir, 9.65 euros)

Pianiste de jazz, Evan Horn revient à la musique après un accident qui l'avait tenu éloigné du clavier un an durant.

Mais dès le premier concert, il est rappelé à ses anciennes amitiés avec la police de Santa Monica : un saxophoniste vient d'être assassiné non loin de là. Sur la scène de crime, moult messages indiquent que le meurtre a un lien avec Charlie Parker.

Avant, après, d'autres musiciens seront tués dans des circonstances similaires : seul un "professionnel du jazz" comme Evan Horn pourra aider les enquêteurs à décoder les messages laissés par l'assassin et remonter jusqu'à lui.

On connaissait Bill Moody pour l'excellent polar Sur les traces de Chet Baker, déjà paru chez Rivages. Ce Bird est vivant est un régal de suspens et un formidable jeu de piste pour les amateurs de jazz !

 

En avant, route ! d'Alix de Saint-André (Gallimard, 19.80 euros ; Folio, 6.95 euros, Gallimard Ecoutez Lire, 21.90 euros)

Il y a des auteurs comme ça : quand on pense à eux, c'est comme à des "bons copains". Il en est vite ainsi d'Alix...

Avec elle, on est sûr de rire aux éclats, et d'apprendre plein de choses, et aussi d'apprécier son regard sur ces choses.

Ainsi nous voici avec Alix sur "le chemin". Celui de Saint-Jacques de Compostelle.

Même s'il n'a aucun rapport avec la musique, ce livre vaut bien d'être dans nos rayons... Parce que l'ouvrir, c'est déjà partir en voyage, marcher, aller, avancer, sur le chemin, dans la tête et dans la vie.

Franchement, un trip pareil avec ce pitre hilarant et bonne vivante d'Alix, j'en rêve !

 

Beaucoup de parutions en format poche, pour les petits budgets et les sacs de plage :

- Requiem de Luc Fivet (Livre de Poche, 7.50 euros), à ne manquer sous aucun prétexte !

- Le colonel désaccordé d'Olivier Bleys (Folio, 6.95 euros)

- Le violon d'Auschwitz de Maria Angels Anglada (Livre de Poche, 6.10 euros)

- Le soldat et le gramophone de Sasa Stanisic (Livre de Poche, 7.10 euros)

- La sonate de l'assassin de Jean-Baptiste Destremau (J'au Lu, 7.30 euros)

 

et une réédition attendue depuis.... des années  : L'improviste, une lecture du jazz de Jacques Réda (Folio, 9.60 euros).

 

Enfin, lecture d'un autre genre mais tout aussi passionnante, l'article de Jean-Marc Bastardy, éditeur, incitant les adeptes du clic à faire cet été "La Pause Amazon" :

http://www.calameo.com:80/read/0003056392fc848bac220

Quand cette belle entreprise de vente à distance aura détruit tous les librairies indépendantes grâce à ses pratiques commerciales illégales, il sera trop tard pour (ré)agir...

 

 

De la musique, avant (pendant) et après les bruits de la fête :

 

Depuis quelques mois déjà, nous vous proposons l'intégralité du catalogue Saphir.

Non seulement vous trouverez chez nous TOUT ce que produit ce très beau label, mais en plus, vous avez la possibilité d'écouter avant d'acheter !

Que diriez-vous d'en profiter pour découvrir des répertoires, des œuvres, des artistes nouveaux ou encore inconnus de vous ?

 

Récemment aussi, nous avons aussi passé un accord avec Distrart, distributeur en France de grands labels de musique contemporaine comme Kairos et Wergo, mais aussi du célébrissime label allemand Carus dont la production de musique baroque est toujours remarquable.

Venez donc découvrir les oeuvres de compositeurs comme :

- Grisey, Aperghis, Manoury ou Mantovani chez Kairos,

- Zimmermann, Ligeti, Reich ou Berio chez Wergo,

- Heinichen, Zelenka, Fux ou Keiser chez Carus !

C'est en écoute, c'est "sans risque" et c'est à Musicalame !

 

A tout bientôt dans notre belle maison de livres et de musique, et d'ici là, chantons sous la pluie !

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 20:18

 

Pour ceux qui ne pouvaient pas être sur France Inter mercredi 26 mai dernier, dans l’Humeur Vagabonde de Kathleen Evin, réécoutez pendant un mois l’extrait dédié à Musicalame à cette adresse :

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/index.php?id=91759.

C'est à partir de la 45e minute (les précédentes étant par ailleurs passionnantes !).

 

Un grand, un immense MERCI à Kathleen EVIN et Martine ABAT pour leur curiosité, leur écoute, leur attention à notre maison.

 

Voici, dans l’ordre d’apparition, les références des livres qui furent cités durant l’émission. Pour les réserver à la librairie ou nous les commander, il suffit de cliquer sur le titre… Nous envoyons des livres aux quatre coins du monde…

 

Bill Evans, d'Alain Gerber (Fayard, 23.90 €)

 

La pluie, avant qu'elle tombe, de Jonathan Coe (Folio, 6.95 €)

 

Corps et âme de Franck Conroy, (Folio, 9.10 €).

 

Novecento Pianiste, d'Alessandro Baricco (Folio, 4.20 €)

 

Colette, de Madeleine Lazard (Folio, 9.10 €)

 

Au concert, de Colette (Castor Astral, 13.20 €)

 

La musique consolatrice, de Georges Duhamel (Ed. du Rocher, 15.20 €)

 

Et la bande son :

 

Songs from the last century, de Guillaume de Chassy, avec Daniel Yvinec, Paul Motian et Mark Murphy (Bee Jazz)

Dans 50 ans, dans 100 ans, on écoutera encore Guillaume de Chassy. Parce que sa musique est aussi belle qu’intemporelle. Musique consolante entre toutes, amicale, fraternelle.

Avant même de l’avoir rencontré, Guillaume est un ami.

 

You must believe in spring, de Bill Evans, avec Eddie Gomez et Eliott Zigmund (Warner).

L’album mythique, incontournable. Celui qu’on écoute quand tout va bien, quand tout va mal, quand il fait beau ou quand il peut, quand l’amour est heureux ou tellement triste…

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 08:58

Dimanche 9 mai 2010, Musicalame a 5 ans

 

Cinq ans de livres et de musiques

Cinq ans de belles rencontres

Cinq ans de partage

Passion et émotions

Cinq ans d’une vie vivante

 

Cinq années de veille et de recherche

Travail de fond, enrichissement du fonds

Découvertes inattendues

Réceptions jubilatoires

 

Cinq ans de Vous

Chaleureux, fidèles, sincères

Sans vous, on n’aurait pas tenu…

 

Nous ferons la fête en 2012, pour nos 7 ans

L’âge de « raison » de ce projet déraisonnable

Fin des dettes, début d’un peu de sérénité, peut-être

 

Et d’ici là, vous pouvez compter sur nous

Autant qu’on compte sur vous !

 

Des projets plein la tête

Projets fous bien sûr, on ne se refait pas

 

La musique comme aliment indispensable à nos équilibres

Personnels et collectifs

La musique instrument et vecteur du Beau

 

Car on y croit plus que jamais :

« La beauté sauvera le monde (*) » !

 

(*) Dostoïevski, L’Idiot.

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 15:17

 

Faut-il craindre, comme nous le répètent à l’envi ceux qui œuvrent quotidiennement à sa disparition, faut-il craindre donc la disparition du disque ?

Un convaincu m’offrait récemment cette réponse fort pertinente : « Tant qu’il y aura des musiciens, il restera un support ! »

 

Qu’on soit militant d’un bord ou d’un autre, qu’on décide de bazarder sa vieille chaîne Hifi familiale pour ne plus conserver que son i-truc à soi tout seul, ou qu’au contraire on coure les magasins pour y retrouver le premier CD qui berça nos premières amours, les faits sont là et les chiffres ici : http://observatoire.cite-musique.fr/observatoire/document.

 

Les tableaux et courbes proposés dans le rapport annuel du marché de la musique enregistrée me semblaient ne pas dire complètement la réalité des choses. En matheuse impénitente, j’ai ressorti ma calculatrice pour en extraire des informations aussi surprenantes qu'encourageantes !

 

 

Marché DisqueTout d’abord, « LE » tableau censé justifier tous les abandons :

   

Diantre : le marché du support physique a été divisé par plus de 2 depuis 2003, passant de presque 2 milliards d'euros à 887 millions en 2009… !

 

La faute à qui ?

 

« À l’État bien sûr, qui a encouragé le développement de l’internet haut-débit partout en France et à ces vilains pirates qui pillent nos caisses et nous enlèvent le pain de la bouche ! » répondent en chœur les pleureuses des majors assassines, pleureuses qui omettent juste de rappeler les scandaleux profits engrangés pendant des années en surfant sur le nouveau marché du CD et des bimbos issues des hautes études musicales de la Star Ac’ et consorts !

Voyez à ce sujet l’édifiant ouvrage Vive la crise du disque ! d’Emmanuel Torregano aux éditions Les Carnets de l’Info (21 euros).

 

De fait, il est bien loin le temps où l’album le plus vendu en France l’était à plusieurs millions d’exemplaires.

En 2009, tous genres confondus, le « meilleur » aura été… Les Enfoirés. Avec 506 500 exemplaires.

Du coup, le fameux « top 100 » qui représente quand même à lui seul 29% du marché total (pour 61 800 nouveautés publiées dans l’année…) et inondait les rayons des GSS et GSA (entendez Fnac, Virgin et autres supermarchés culturels ou pas) devient beaucoup moins rentable.

 

Mais, me direz-vous, où trouver un disque aujourd’hui ? C’est une bonne question.

 

Au contraire du marché du livre qui a su, contre vents et marées et grâce à la loi sur le prix du livre de 1981 , conserver son réseau de librairies indépendantes à côté des mêmes opportunistes culturels, ceux du disque ont laissé faire (organisé ?) le massacre :

- pratiques commerciales assassines avec les disquaires indépendants qui ont quasiment tous été rayés de la carte,

- politiques tarifaires à l’avenant, avec des prix variant du simple au tiers du jour au lendemain,

- campagnes promotionnelles aux budgets éhontés pour des pseudos artistes kleenex au succès aussi bref que qu’inexplicable, etc., etc.

 

Résultat : plus de disquaires, donc plus d’offre diversifiée, plus de conseil, plus d'achat, donc plus de marché ?

 

Reprenons les chiffres de l’Observatoire de la musique.

Les canaux de distribution (= l’endroit où vous achetez vos disques) y sont classés en 4 catégories :

- les GSS (grandes surfaces culturelles),

- les GSA (grandes surfaces alimentaires),

- internet (pour l’achat en ligne de disques « physiques », pas le téléchargement)

- les « autres » : les libraires, les disquaires pas encore morts, la vente par correspondance…

Il est intéressant de constater alors que depuis 2003, les fameuses GSS ont perdu 35% de leur activité sur le disque et les GSA près de 72% !!!

Quand on sait qu’elles monopolisent bon an mal an et depuis des années 90% du marché, on se dit qu’elles n’y sont pas pour rien dans la chute des ventes : avant, quand on habitait loin des grandes villes, on pouvait toujours acheter un disque en allant faire ses courses du samedi à Carrefour.

Mais comme il n’y a plus d’offre aujourd’hui là-bas, et bien on n’achète plus. On n’écoute plus. On ne partage plus…

 

Bien loin de concurrencer encore sérieusement ces canaux-là, internet n’est pas, quoi qu’on en pense, l’outil privilégié par la majorité des mélomanes pour acquérir leur galette : il ne représente en 2009 « que » 6.7% des ventes, soit à peine plus que ce qui passe par ces « autres », les petits, les sans moyens, qui contribuent encore à 5,7% du business total.

 

Les bonnes nouvelles du marché du disque

Allez savoir pourquoi, que les 4 majors qui détiennent 75% du marché perdent un peu de gras ne me chagrine pas plus que cela…

Que la mauvaise variété française et ses armées de clones sans parole ni musique ne vende (presque) plus, qui s'en plaindra ?

Ce qui me réjouit vraiment au contraire, c’est de voir que les « niches » (!) se portent plutôt bien. Classique, jazz, monde : quand c’est beau, ça tient !

En corollaire, les distributeurs indépendants, ceux qui y croient et travaillent et soutiennent et continuent à produire des belles choses, ceux-là aussi reprennent du poil de la bête. Et c’est tant mieux !

 

Depuis le temps que j’y réfléchis, j’arrive à cette première conclusion que la chute des ventes de disques ces dernières années est « normale » :

- les gens n’achètent plus par centaines de milliers les « trucs » dont on leur abimait les oreilles, et c’est tant mieux !

- après avoir tué tous les détaillants motivés et compétents, les GSX quittent le navire, remplaçant le disque par du jeu vidéo ou des e-gaufriers. Du coup, il n’y a plus d’offre, et donc plus d’achat possible pour ceux qui n’utilisent pas internet,

- les artistes qui produisent leurs albums et les proposent à la sortie des concerts les vendent, c’est bien la preuve que quand on aime, on ne compte pas.

 

La seconde conclusion est qu’il est temps d’y aller, d’oser reconstruire une proposition, de rendre à tous le droit d’écouter la musique si indispensable à l’équilibre de chacun, et peut-être de la société.

 

Nous vous en reparlerons bientôt depuis Musicalame…

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:52

Patricia Barber 07 [800x600]
Ce lundi 22 mars 2010 ne devait ressembler à aucun autre,
jour tant attendu,
mille fois imaginé,
à chaque fois recommencé.

Un soupçon d'inquiètude devant l'inconnu,
Une pincée de trac à l'idée d'aller au bout de ce qu'on a décidé de faire : chanter pour elle !

C'est étrange n'est-ce pas "l'intimité" qui se crée avec les artistes quand ils habitent si intensément nos vies...


A 18h pile, Patricia Barber entrait dans la librairie où une bonne cinquantaine de fans étaient déjà réunis,
impatients et si patients.

Le piano était ouvert, au cas où.
Patricia y prit place et... nous donna de la musique.

Tout fut simple. Simplement serein. Et généreux. Et paisible. Comme son visage sur cette photo.
En la regardant "être là", je me disais que décidément, le vrai talent rend humble et humain.

Et parce qu'elle eut l'infinie bonté de m'accompagner jusqu'au bout du rêve, j'ai pu le chanter, ce standard qui dit si bien l'importance de sa musique dans ma vie et celle de Musicalame :
I'll be tired of you, when stars are tired of gleaming, when I am tired of dreaming, then I'll be tired of you...

I.M.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 20:07

On pourrait dire que Musicalame a été fait "pour ça", pour qu'elle y entre un jour et - peut-être - s'assied au piano...?

PB



Lundi 22 mars 2010 - 18h00


Patricia Barber est à Musicalame !


 


Comme j'en rêvais..., à haute voix ou en silence, chaque jour ou presque depuis 10 ans.

Ma famille, mes amis, les habitués de la librairie : tous savent combien le projet un peu fou de cette rencontre m'a servi de moteur pour créer et faire vivre Musicalame jour après jour.
Dès la première écoute, la voix, le piano, la musique de Barber furent comme le pain et l'eau : vitaux, nourrissants, essentiels.
Ses disques, savourés des centaines de fois, sont encore une surprise et la source d'un plaisir toujours neuf !


PB PorterComment "parler" de Patricia Barber...?

Elle chante.
D'une voix qui, à peine entrée dans les oreilles, diffuse comme un divin cognac au plus intime de tout le corps.

Elle est pianiste.
Il faut la voir, pieds nus, enroulée, noire, assaillante du clavier ou caresseuse de neurones à damner les plus rebelles à la ballade.

Elle écrit et compose.
Poétesse sans égale dans le monde de jazz actuel. Et moi aussi je dirais bien : "I Could Eat Your Words..." (Verse, Premonition - 2002).

Ainsi donc, le rêve deviendra réalité !

Rencontre ouverte à tous. Réservation impérative par mail à la librairie.

Pour l'entendre en concert, ce sera mardi 23 mars à 20h30 au festival A Vaulx Jazz.

D'ici là, découvrez ou redécouvrez ses albums, tous à votre disposition à Musicalame. Parmi eux :

PB VersePB Mythologies2PB Nightclub
       Verse - Prémonition 2002             Mythologies - Blue Note 2006         Nightclub - Premonition 2000

Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 17:06





  Shangri.jpg


Le nouvel album de Médéric Collignon avec son quartet Jus de Bocse et quelques invités  est dans les bacs depuis le 25 février 2010. Préparez vos oreilles.

C'est Le disque du mois.

 

Partager cet article
Repost0