Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 10:11

FlyEmpereur Musicalame

 

Catherine AILLOUD-NICOLAS est maître de conférences en Littérature.

Elle enseigne le théâtre à Lyon 1 / IUFM de Lyon. Elle assure aussi des cours dans le département Arts du Spectacle de Lyon 2 et dans les classes de théâtre du Conservatoire National en région de Lyon.

Titulaire d’une thèse sur le dénouement dans les pièces en un acte de Marivaux, elle a édité Le Legs aux éditions Espaces 34 de Montpellier et a publié de nombreux articles sur la dramaturgie et les mises en scène des pièces de Marivaux et d’autres auteurs.

Elle est dramaturge depuis 2005 pour des projets de théâtre ou d’opéra.

Elle a ainsi collaboré avec Richard Brunel pour Gaspard de Peter Handke (2006) et Hedda Gabler de Henrik Ibsen (2007) pour le théâtre et pour L’Infedeltà delusa de Haydn (2008) et La Colonie pénitentiaire de Glass (2009) pour l’opéra.

Elle est par ailleurs la dramaturge d’Eric Massé pour les spectacles suivants : L’Île des Esclaves de Marivaux (2005), La Voix humaine, Cocteau-Poulenc (2006), Pelléas et Mélisande de Debussy-Maeterlinck (2007), Migrances de Dorothée Zumstein (2008).

Elle a aussi travaillé pour Hervé Dartiguelongue sur Les Précieuses ridicules de Molière (2008) et pour Johanny Bert sur L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht (2008).

Catherine Ailloud-Nicolas est membre du collectif artistique du CDN de Valence en tant que dramaturge.

 

Cette rencontre, organisée avec le Théâtre de la Croix-Rousse, inaugure un nouveau partenariat entre nos deux maisons : nous nous en réjouissons infiniment !

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 09:22

 

Le 24 janvier à 19h au Centre de la Voix :

 

 

Et votre voix Le HucheEt votre voix, comment va-t-elle ?

 

C'est la question que pose le Dr François LE HUCHE, phoniatre, dans son livre qui vient de paraître aux éditions SOLAL dans la collection « Voix , parole, langage ». C'est une question indispensable. Et vous serez touchés par la prévalence de son propos.

 

Notre voix. Celle qui nous définit dans toutes les situations que nous rencontrons, quand nous parlons, quand nous chantons, quand nous appelons, quand nous chuchotons. Cette voix qui nous trahit parfois, qui nous manque aussi ou alors qui nous accompagne et nous enveloppe quand nous sommes justes.

 

Dans son livre, François Le Huche propose des clés pour mieux connaître notre voix.

Il use de ses connaissances d'anatomie pour que nous visualisions et que nous ressentions au plus près les mouvements de notre corps et tous ceux de la tête et du cou en interne et en externe. Il met en relief notre perception du geste vocal en distinguant la voix d'expression simple, la voix implicatrice (plus communément appelée voix projetée) et la voix d'insistance d'où résulte le forçage vocal.

 

 

 

Le Docteur François Le Huche viendra à Lyon le 24 janvier pour une conférence gratuite et la signature de son livre Et votre voix comment va-t-elle ?

La rencontre, organisée par Nathalie Florentin – orthophoniste et graphothérapeute – se tiendra à partir de 19h au :

Centre de la Voix Rhône-Alpes

Les Passerelles - Parc d'activités de Gorge de Loup

24 rue Joannes Masset

69009 Lyon


Musicalame vous y retrouvera avec les ouvrages de François Le Huche.

 

Information et plan d’accès sur le site du Centre de la voix Rhône Alpes : www.centredelavoix.com.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 07:28
 

Bonne nouvelle pour les amateurs de danse contemporaine : ils trouveront désormais à Musicalame tout le catalogue des documentaires et captations d’Injam Production. Jugez plutôt…

 

La série Paroles de danses, réalisée par Jean-Michel PLOUCHARD, compte aujourd’hui cinq volumes contenant chacun trois documentaires de 26 mn :

 

Volume 1 : Jean-Claude GALLOTTA, Angelin PRELJOCAJ, Catherine DIVERRÈS .

Volume 2 : Joseph NADJ, Maguy MARIN, Odile DUBOC.

Volume 3 : Claude BRUMACHON, Mathilde MONNIER, Philippe DECOUFLÉ.

Volume 4 : Karine SAPORTA, François RAFFINOT, Joëlle BOUVIER et Régis OBADIA.

Volume 5 : Charles CRÉ-ANGE, Maryse DELENTE, Régine CHOPINOT.

 

Recto Paroles de Danses Vol1   Recto-Paroles-de-Danses_Vol2.jpg   Recto-Paroles-de-Danses_Vol3.jpg   Recto-Paroles-de-Danses_Vol4.jpg   Recto-Paroles-de-Danses_Vol5.jpg

 

 

De Jean-Michel PLOUCHARD encore, un irremplaçable documentaire de 52 mn tourné en 2009 pour les 90 ans du danseur et chorégraphe qui révolutionna la danse : Sur les traces de Merce Cunningham.

 

 

Trois DVD dans la série Dancer’s Studio :

Dans le volume 1, trois documentaires de 26 mn chacun réalisés par Xavier FISCHER : Akhram KAHN, Bill T. JONES, Vincent PATERSON.

Dans le volume 2, un documentaire de 52 mn, du même Xavier FISCHER, consacré à Jean-Christophe MAILLOT.

Dans le volume 3, quatre documentaires de 26 mn réalisés par Pascal VILLA : Sidi Larbi CHERKAOUI, Rachid OURAMDANE, Emio GRECO, Shiro DAÏMON.

 

Recto-Dancers-Studio_Vol1.jpg     Recto-Dancers-Studio_Vol2.jpg     Recto Dancers Studio Vol3

 

Deux DVD pour pièces époustouflantes de beauté :

In memoriam de Sidi Larbi CHERKAOUI, captée par Gérard DI PUGLIA

Kaash d’Akram KAHN, captée Michaël HOUDOUX et Aldo LEE

 

In-Memoriam.jpg     Kaash.jpg

 

Côté danse classique et/ou néo-classique :

 

Chasseurs d’étoiles de Jérôme CASSOU.

Documentaire de 52 mn qui dresse le portrait d’une jeune danseuse corse, Emilia Giudicelli, et la rencontre entre une jeune étoile appelée à briller de mille feux et d’une danseuse étoile au firmament de son art. De sa formation jusqu’à la rencontre avec Marie-Claude Pietragalla, en passant par les incontournables auditions, le spectateur suivra le parcours d’Emilia Giudicelli jusqu’à son engagement dans une des plus prestigieuses compagnies de danse du monde dirigée par Jiri Kylian

 

Sur la pointe des pieds de Félix OLIVIER

Six élèves de l’école de Danse Rosella Hightower se présentent à l’audition du « Monaco Dance Forum ». Cet évènement est le moment le plus important de leur jeune carrière. C’est l’audition du premier emploi.

Ce film suit leurs parcours depuis le voyage et les premières répétitions jusqu’aux résultats. C’est pour eux une épreuve difficile, face à un jury composé des directeurs des plus grands ballets à travers le monde, à la recherche de l’élément parfait pour rejoindre leurs compagnies professionnelles. Mais la perfection ne suffit pas. Lequel saura se montrer unique et attirer l’attention sur lui ?

52 mn avec Linda Duclos, Maeva Ferrari, Prêle Mainfroy, Oliver Morris, Julie Saïtour et Juan Torres Reus.

 

Patrick Dupond, un défi de Nicolas ROBOWSKI

Patrick Dupond va-t-il réussir le défi qu’il lance au destin, au talent, au public, lui qui a été sacré meilleur danseur du monde à 17 ans ?

Janvier 2004. D’un studio de danse, la musique sort d’un piano droit, un miroir nous renvoie l’image d’un danseur en répétition : c’est Patrick Dupond aujourd’hui. Sa volonté, son courage, sa détermination à retrouver ses sensations, son désir de se présenter à nouveau devant le public sont toujours là. C’est le pari qu’il ne veut pas perdre, c’est le pari qu’il doit gagner !

« Que la fête continue ! » C’était la dernière phrase de son livre autobiographique alors qu’il venait de connaître cinq années de galère après son renvoi du ballet de l’Opéra de Paris pour insubordination.

Et la fête continue… Le 30 Mars 2004 Patrick Dupond danse à nouveau à l’Opéra.

 

Chasseurs-d-etoiles.jpg     Recto-Sur-la-pointe-des-pieds.jpg     Recto-Patrick-Dupond.jpg


 

Recto Danse avec la vieDanse avec la vie de Jérôme CASSOU

La danse n’est pas que mouvements gracieux, arabesques et entrechats.

La danse peut être aussi un moyen de rassembler les cultures, un moyen de dénoncer, un acte social fort, un moyen de communiquer…

De Sidi Larbi Cherkaoui à Bill T. Jones, d’Akram Kahn à Marie-Claude Pietragalla, à l’occasion du Monaco Dance Forum, une des plaques tournantes du monde de la danse, Jérôme Cassou a rencontré les acteurs majeurs de la scène chorégraphique d’aujourd’hui.

Danseurs classiques, contemporains ou de hip-hop, tous défendent une danse de l’extrême.

Avec Karole Armitage, Carolyn Carlson, Sidi Larbi Cherkaoui, Nathalie Clouet, Emilia Giudicelli, Bill T. Jones, Akram Kahn, Marion Levi, Jean-Christophe Maillot, Jeanne Moreau, Marie-Claude Pietragalla, Anna Ventura.


 

La-nuit-partagee.jpgDu hip-hop avec La nuit partagée de Philippe LARUE.

Huit rappeurs, danseurs et chanteurs de la banlieue rencontrent le chorégraphe Jean-François Duroure pour préparer un spectacle musical pour le festival d’Avignon.

Les coulisses qui s’offrent à nous sont tout à la fois celles d’un spectacle et celles de la rue. Plus qu’un simple documentaire sur la danse, ce film se veut une véritable histoire : « l’histoire d’une rencontre et d’un apprivoisement réciproque ».

Entre affrontement, collaboration et échange, ce film suit le groupe, des répétitions à la première en juillet 1993 au festival d’Avignon. À cette époque, le hip hop n’était pas encore considéré comme une discipline artistique à part entière et ce spectacle a contribué au succès qu’il connaît aujourd’hui.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 20:37

 

 

Musicalame est partenaire de l'événement "Build it, play it !" jeudi 17 mai 2012


C'est là : www.mikrokosm.fr/extra

 

 

L'occasion de vous présenter quelques livres incontournables sur les musiques électroniques :

 

ModulationsModulations, Peter SHAPIRO et Rob YOUNG, éditions Allia, 20.30€

Si vous cherchiez un point commun entre Daft Punk et Karlheinz Stockhausen, Giorgio Moroder et Aphex Twin, Public Enemy et Brian Eno, n’allez pas plus loin : ils font tous partie de la plus grande aventure musicale de la fin du XXe siècle (et du début de ce siècle), celle des musiques électroniques. Du futurisme italien jusqu’aux travaux de déconstruction sonore des musiciens de house ou de downtempo, depuis les montages de bandes magnétiques des précurseurs de la musique concrète jusqu’à l’extrémisme brutal du gabber et la douceur ouatée de l’ambiant, en passant par les fulgurances des pionniers de la musique hip-hop et les visions électro-funk des inventeurs de la techno de Detroit, Modulations est la première histoire raisonnée de ces musiques publiée en France.

 


 

Free PartyFree party : une Histoire, des histoires(livre + CD) Guillaume KOSMICKI, éditions Le Mot et le Reste, 29€

La free party est la branche clandestine et radicale de la rave. Issue d'Angleterre, profondément liée à des modes de vie nomades et alternatifs, elle s'est agencée comme une véritable contre-culture dans les années quatre-vingt-dix. C'est en France, en Italie et en Tchéquie qu'elle a connu son plus fort développement jusqu'à un âge d'or, au terme de la décennie, suivi d'une répression violente dans les années deux mille. Pourtant, aujourd'hui, plus de quinze ans après ses débuts discrets, de nombreux jeunes s'investissent encore dans l'aventure. Ils créent leurs sound-systems, organisent des teufs légales ou illégales et partent en voyage toujours plus loin pour diffuser leur mode de vie et leur musique. Au travers d'une quarantaine de témoignages, l'ouvrage propose, sans aucune hiérarchie entre les intervenants, à l'image de l'utopie de la free party, de montrer comment elle a changé leurs vies et orienté leurs choix. Sans masque, ils racontent leur monde de voyages, de rêves, d'utopies, de passion et de galères.

 

 

 

Musiques-Electoniques.jpgMusiques électroniques : des avant-gardes aux dance floors, Guillaume KOSMICKI, éditions Le Mot et le Reste, 24€

L'histoire de la musique du XXe siècle est profondément marquée par l'apport de l'électronique. Cette aventure, d'abord technologique, a commencé dès le début du siècle avec le développement de l'enregistrement et l'apparition des premiers instruments de synthèse sonore. Mais c'est dans les années cinquante qu'un élan impulsé par des musiciens savants consacre la naissance des premiers styles purement électroniques. De manière plus ou moins directe, ces avant-gardes ont influencé l'apparition de nombreux genres musicaux populaires comme le club, le hip-hop, l'électro, puis la house et la techno. La technologie a servi de fil conducteur à toutes ces expériences, tout comme l'intérêt primordial pour le son. Depuis les premiers essais de John Cage avec des tourne-disques joués en direct en 1939, le phénomène du Disc-Jockey a pris une ampleur considérable pour le consacrer comme véritable créateur depuis les sound-systems jamaïquains jusqu'au développement des night-clubs de New York, Chicago, Detroit puis d'Europe. Le mouvement techno, au travers des raves et surtout des free parties, s'est révélé être une véritable contre-culture. Pour compléter cette approche historique, l'auteur propose une sélection anthologique de compact discs.

 

Berlin-Sampler.jpgBerlin Sampler, Théo LESSOUR, éditions Ollendorf & Desseins, 14.20€

Sélection commentée de plus d'une centaine d'œuvres musicales produites à Berlin au cours du XXe siècle, Berlin Sampler peut faire office de guide, au sens touristique et culturel du terme: que faut-il entendre de Berlin pour mieux le comprendre? Ce livre propose des clefs pour écouter la ville de l'expressionnisme, du dada, du cinéma muet, du cabaret, du Bauhaus, de l'hyperinflation, des dictatures nazie et communiste, de la guerre froide et du pont aérien, des mouvements alternatifs, de la chute du mur et de la Love Parade. Il donne à découvrir des oeuvres souvent oubliées, d'incroyables spécialités locales comme la poésie sonore dada de 1918, le cabaret-revue des grandes heures de Weimar, la musique électronique de 1930, le swing sous le nazisme et les bombardements, les hippies communautaires radicaux bruitistes de 1968, le punk sous la RDA, la musique dite "dilettante" des années 80 et la techno "minimale". Avec entre autres : Pierrot Lunaire d'Arnold Schönberg, L'Opéra de quat'sous de Kurt Weill et Bertold Brecht, L'Ange bleu de Friedrich Hollaender et Marlene Dietrich, Low de David Bowie... et Amon Düül, Ash Ra Tempel, Einstürzende Neubauten, Nick Cave, le Berghain et le Bar 25...

 

Techno---Le-son-de-la-metropole.jpgTechno : Le son de la technopole, collectif, éditions de l’échappée, 8.20€

Technopoles, habitat des nouvelles élites, ingénieurs, techniciens, chercheurs, parcs des nouvelles technologies, robotique, biotech, informatique. Partout, depuis les années 1980, prolifèrent les colonies de la cyberville globale, postes avancés du techno-monde unifié. A cette époque triomphale de l'histoire du machinisme, et à ces hommes-machines si bien de leur temps, il fallait nécessairement une bande-son expression et célébration de cette fierté machinale, du besoin de donner la cadence et d'y régler leurs organismes, et peut-être de celui de s'éclater, se défoncer, se déchirer, afin de fuir dans la possession leur mécanique condition post-moderne. Entre techno-musique et technopole, il y a bien davantage qu'un préfixe.

 

 

Art-des-bruits.jpgL’art des bruits, Luigi RUSSOLO, éditions Allia, 6.20€

Peu connu de son vivant, Russolo est aujourd'hui considéré comme le précurseur de la musique électronique. John Cage, Pierre Schaefer ou Pierre Henry lui ont notamment rendu hommage.

"Pouah ! Sortons vite, car je ne puis guère réprimer trop longtemps mon désir fou de créer enfin une véritable réalité musicale en distribuant à droite et à gauche de belles gifles sonores, enjambant et culbutant violons et pianos, contrebasses et orgues gémissantes ! Sortons ! " Luigi RUSSOLO.

 

 

 

 

 

 

Machine-Soul.jpgMachine Soul : une histoire de la techno, Jon SAVAGE, éditions Allia, 3.10€

Dans cet ouvrage, Jon Savage retrace toute l’avancée de la musique électronique, en la resituant dans le contexte socioculturel des pays qui l’ont vu émerger (Allemagne, Angleterre, France, Belgique, États-Unis). Loin des idées reçues, il apparaît que la techno, cet art du bruit, ce "boom boom" sauvage qui a fleuri dans les années 70, est l’aboutissement d’une véritable pensée conceptuelle : celle qui vise l’harmonie entre l’homme et la machine, l’état de transe créé par la répétition des boucles sonores, une projection dans le futur. Des premiers DJ (Kraftwerk, Juan Atkins...) jusqu’à la popularisation de la techno et l’arrivée des autodidactes, de la musique underground à la musique de dancefloor, Jon Savage parcourt toute l’histoire de la techno.

 

 

Ocean-of-Sound.jpgOcean of sound - Ambient music, monde imaginaires, David TOOP, éditions l’éclat, 13.20€

Ce livre parle de voyages, certains réels, d'autres imaginaires, et d'autres encore, prisonniers de l'ambiguïté entre les deux. Ma figure centrale, ce sont ces signaux transmis à travers l'éther. Ceci s'applique autant aux musiciens javanais et à Debussy, durant l'ère coloniale du XIXe siècle, qu'à la musique de l'ère numérique au tournant du millénaire. Ces cent années d'expansion de la musique, médium généralement fluide, non verbal et non linéaire, nous ont préparés à l'océan électronique du siècle à venir. De Claude Debussy à Aphex Twin, de Luigi Russolo à Autechre en passant par Edgar Varèse, Miles Davis, Sun Ra, Alvin Lucier, Brian Eno et mille autres compositeurs, David Toop plonge le lecteur dans de vertigineux espaces sonores au-delà des catégories musicalo-commerciales, du Paris fin de siècle aux raves technos, de l'Amazonie au Japon... Sans doute l'un des plus beaux ouvrages jamais consacrés au son.

 


 

Petit-atlas-des-musiques-urbaines.jpgPetit atlas des musiques urbaines, David BRUN-LAMBERT, éditions de l’œuvre, 30.33€

Si le hip-hop, le reggae, le rock, la salsa ou la techno font aujourd’hui parti du patrimoine culturel mondial, les époques qui les virent naître furent celles de profondes récessions, voire de violences sociales. Alors que l’Occident a largement digéré des genres conçus dans l’urgence, d’autres courants naissent dans les ghettos des mégalopoles du monde entier. Cet Atlas n’a pas d’ambition ethnomusicologique. Il propose plutôt un survol des courants qui définirent hier les formes populaires d'aujourd’hui. Il offre une plongée au cœur des cités dans lesquelles se dessinent les sons et les mouvements artistiques de demain. Il procure des clés permettant de comprendre les échanges interculturels et intercommunautaires, et ainsi dresser un panorama réaliste des différentes scènes actuellement en activité.



 

Musique-House.jpgMusique House, Sean BIDDER, éditions 1001 nuits, 9.30€

La tendance music électronique, a explosé simultanément à la fin des années 1980, dans les clubs new-yorkais et londoniens et sur la scène de Chicago, anciennement capitale du rock industriel. Dix ans plus tard, elle est marquée de la "French Touch" et a trouvé son public en France : Laurent Garnier, Dimitri from Paris, Ludovic Navarre ont gagné une reconnaissance internationale, au-delà du succès des soirées parisiennes. Ce guide est une adaptation du guide anglais "House", de Rough Guide.

 

 

 


 

 

 

Histoire-des-DJ.jpgL'histoire des DJ, Raphaël RICHARD, éditions Camion Blanc, 26€

À l'origine du reggae, il y avait les DJ. À l'origine du rap, il y avait les DJ. À l'origine de la house et de la techno, il y avait les DJ. L'histoire des maîtres des platines recoupe souvent celle de différents styles musicaux. Avec la volonté de faire danser le public, quelques précurseurs telles que Clement « Coxsone » Dodd, Grandmaster Flash, ou Jeff Mills, poussés par une volonté d'innovation, ont donné les lignes directrices de genres nouveaux. En revenant sur la création de trois styles majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, cet ouvrage analyse les techniques créées par ces DJ et les motivations qui les ont poussés à dépasser les frontières de la soul, du funk et des multiples influences qui les ont nourris. Un retour aux origines qui s'impose pour mieux comprendre le statut des DJ aujourd'hui, expliquer leur influence sur les musiques actuelles et comprendre d'où elles viennent et où elles pourraient aller...


 

French-touch-copie-1.jpgLa French Touch, Stéphane JOURDAIN, éditions Le Castor Astral, 9.15€

Ce livre-reportage retrace l'aventure d'un mouvement musical connu du monde entier sous le nom de French Touch. Il présente ses racines et ses influences, ses principaux acteurs et leurs musiques. Leur triomphe aussi. Il raconte de jolis contes et évoque de moins belles histoires. Il décrit des travaux solitaires derrière les machines. La magie d'Homework, premier album des Daft Punk. La majesté de Pansoul de Motorbass. L'efficacité de Superdiscount d'Etienne de Crécy. Les voyages des DJs au bout du monde, au bout de la nuit. Les succès artistiques et commerciaux de Dimitri from Paris, Cassius, Bob Sinclar, Air, Modjo ou M. Oizo. Ce livre parle aussi d'argent facile et de gloire rapide. De coups bas. De trahisons. De gueules de bois les lendemains de fête. D'une bruyante saga fin de siècle. D'une histoire moderne.

 

 

Bases-du-Djing.jpgLes bases du DJing, F BROUGHTON, éditions Eyrolles, 35.50€

Enfin un livre fait pour et par les DJ. Techniques, astuces, bons plans : vous y apprendrez tout ce qui fera de vous un bon DJ. Du choix de votre équipement de départ au dernier set à la mode, tout y est ! Conçu pour une lecture facile, ce livre bourré d'humour n'en est pas moins un livre technique gorgé d'informations précieuses pour une carrière de haut vol. Vous y trouverez des conseils de nombreux professionnels de Carl Cox à Chemical Brothers en passant par Boy George, Laurent Garnier et Paul Oakenfold.

 

 


 

 

 

Electrochoc.jpgElectrochoc, Laurent GARNIER, éditions Flammarion, 20.20€

1987. Manchester : dans un ancien entrepôt reconverti en club, la musique s'apprête à vivre sa dernière grande révolution. Quinze ans plus tard, la techno est devenue un phénomène mondial. Ses artistes vendent leurs albums par millions, et l' " esthétique techno " est omniprésente dans notre paysage culturel. Depuis les ghettos noirs - américains jusqu'à l'explosion planétaire à l'orée des années 2000, Laurent Garnier raconte, à travers son expérience et ses souvenirs, l'épopée électronique : ses moments clés, ses acteurs phares, ses histoires secrètes, ses excès et ses enjeux. Acteur essentiel et témoin privilégié de l'aventure électronique, il dévoile pour la première fois de l'intérieur les coulisses de la dernière odyssée du siècle.


 

 

Chroniques du Dance FloorChroniques du dance floor, Didier LESTRADE, éditions Parigramme, 12€

De 1988 à 1999, Didier Lestrade a publié dans Libération des chroniques consacrées à un genre musical absent jusque-là de la presse française, la dance music. La part belle était faite à la house, née au milieu des années 8o à Chicago, Detroit et New York. Drôles et vivants, parfois lyriques, voire nostalgiques, écrits dans un style très personnel, les articles de Didier Lestrade ont nourri et inspiré des milliers de lecteurs. L'auteur y séduit par sa générosité et sa spontanéité, par sa liberté et un amour sincère de la musique qu'il défend. Ce livre propose une sélection (effectuée par l'auteur) de ces centaines de chroniques. Une formidable occasion de revivre l'âge d'or d'une musique qui, après être longtemps restée un minuscule courant underground, constitue désormais le fond sonore de notre époque - Une bible pour tous ceux qui aiment danser la nuit.

 


 

Discotheques.jpgDiscothèques, Silvia BERSELLI, éditions Actes Sud, 9.90€

Photographie.

Vastes complexes ou petits clubs, en périphérie ou au cœur des villes, les discothèques restent cet univers d'illusion et d'artifice pour lequel architectes et designers ne cessent de proposer de nouvelles scénographies, toujours exaltées par la musique et le savant usage des lumières.

 

 

 


 

 

 

 

La-fete-techno.jpgLa fête techno : tout seul et tous ensemble, Béatrice MABILON-BONFIL, éditions Autrement, 19.30€

Des foules de corps en transe, une esthétique qui se refuse d’être un mouvement, des communautés qui rejettent les signes d’appartenance. Il y a aussi dans la fête techno un sentiment de communion, de fusion dans la transe, la pulsation du corps et de la machine qui exclut le verbe. La fête techno déplace le langage vers le corps, la mélodie vers la pulsation, l’instrument de musique vers la machine, le spectacle vers le danseur, la scène vers des lieux désinvestis, usines désaffectées, le monde rural. À l’âge des conflits, elle hésite entre l’histoire, nostalgie d’un âge d’or et l’ambition d’en échapper, culture de boîte et culture des champs, faune urbaine et bourgeoise ou traveller, nomades en quête d’un mode de vie alternatif ? La fête techno cristallise nombre de paradoxes, notamment ce désir ambivalent d’être « tout seul et tous ensemble », à l’heure où l’on parle d’une société à l’individualisme exacerbé et au déficit de communion et de sacré, un doute identitaire du monde post-industriel.

 

 

Fabriquer des instruments de musique

 


Musique-a-construire.jpgMusique à construire : 80 instruments de musique à fabriquer pour les tout-petits, Agnès CHAUMIE, éditions Enfance & Musique, 18€

Parents, éducateurs, musiciens, ce livre s'adresse à vous. Voici quatre-vingt instruments de musique et objets sonores à fabriquer pour les très jeunes enfants, dès leur premier âge. Grâce à ce livre, vous saurez comment transformer un anneau de rideau, un capuchon de biberon et toutes sortes d'objets quotidiens en instruments de musique aux sons étonnants. Simples dans leur fabrication, ils sont particulièrement bien adaptés pour les tout-petits. Construire soi-même un instrument de musique pour son enfant, voilà sans doute une agréable manière de partager ses premiers pas dans la musique. Ces objets ont été imaginés et sont utilisés par les musiciens de l'association Enfance et Musique, spécialisés dans l'éveil musical et la formation des professionnels de la petite enfance.

 

Nouvelles-lutheries-sauvages.jpgNouvelles lutheries sauvages, Max VANDERVORST, éditions Alternatives, 17.30€

 Peut-être savez-vous déjà jouer du violon à clous, du saxosoir ou du scoutophone, ces instruments peu ordinaires présentés dans le premier ouvrage de Max Vandervorst consacré aux lutheries sauvages ? Si ce n'était pas le cas, vous les retrouverez ici, adaptés aux matériaux actuels et agrémentés de nouvelles inventions tout aussi étonnantes et accessibles. Au total plus de cinquante instruments à réaliser soi-même à partir de bouteilles plastique, de pots de fleurs, d'équipements ménagers et de récupérations en tout genre, plus un chapitre dédié aux machines sonores et instruments géants. Alors, laissez-vous entraîner dans la rumba de Spa, faites de votre chariot de supermarché une harpe propre à charmer les caissières les plus récalcitrantes, jouez de la GPB (grosse poubelle basse)…

Partager cet article
Repost0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 17:01

 

 

Du 30 mars au 1er avril 2012, Musicalame embarque de nouveau sur les Quais du Polar avec le bel équipage des éditions Sonatine !

 

Quoi de plus logique que d’associer une librairie spécialisée dans la musique avec un éditeur au nom qui chante comme une de ces petites pièces délicieuses dont les compositeurs du XXe siècle émaillèrent leur œuvre.

Pas ou peu de frivolité pourtant dans les polars de chez Sonatine : rien que du noir, du vrai, du ciselé par des orfèvres de l’intrigue, du qui ne vous lâche pas une minute jusqu’au bout de la nuit !

 

Jugez plutôt :

 

Pour son premier roman, S.J. Watson fit un coup de maître avec Avant d’aller dormir. Tous les maîtres du genre ont largement célébré cette parution qui, depuis sa publication en 2011, se maintient en tête des ventes dans tous les pays où il a été traduit.

 

Avant d'aller dormir

Watson"À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent" (Sonatine).

 

S.J. Watson sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Vendredi 30 mars de 18h à 19h

- Samedi 31 mars de 11h30 à 12h30 puis de 16h à 18h30

- Dimanche 1er avril de 10h30 à 12h puis de 15h30 à 17h


 


Tim Willocks est né en 1957. Grand maître d’arts martiaux, il est aussi chirurgien, psychiatre, producteur et écrivain. Scénariste, il a travaillé avec Steven Spielberg et Michael Mann. Souvent comparé à James Ellroy ou Norman Mailer, il est l’auteur de six romans, parmi lesquels La Religion (Sonatine, 2009). Il vit en Irlande.

 

Le jour même de l’ouverture du festival paraît son premier roman pour la jeunesse aux éditions Syros, Doglands, un polar pour adolescents à partir de 12 ans, un roman d'aventure universel, plein de bruit et de fureur, de rebondissements et d'action !

 

Doglands.jpgWillocks2.jpg"Ses muscles se lancèrent dans un double galop. Ses coussinets martelaient la roche. Son sang de lévrier lui donnait vitesse et puissance. Son sang de chien-loup, endurance et courage. Au lieu de se sentir plus faible, il se sentait plus fort. Et alors il comprit quelque chose d'extraordinaire. Même si le tunnel était noir comme une nuit sans étoiles, et alors même qu'il courait à toute vitesse, il ne se heurtait pas aux parois qui n'étaient qu'à quelques centimètres de lui. Furgul ne savait pas pourquoi. Il ne faisait que courir. Puis un vent étrange souffla, venu du tunnel derrière lui. Et - comme si un fantôme avait chuchoté à son âme - Furgul entendit l'appel des Doglands" (Syros).

 

Tim Willocks sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Vendredi 30 mars de 16h à 18h30

- Samedi 31 mars de 10h à 11h30, de 16h à 17h30 puis de 19h à 20h30

- Dimanche 1er avril de 11h30 à 13h puis de 14h30 à 15h30

 

 

Célébré dans le monde entier pour son premier roman : Un employé modèle (Sonatine, 2010), Paul Cleave est revenu sur le devant de la scène polar à l’automne dernier avec Un père idéal.

De nouveau, l’histoire se passe à Christchurch, ville de Nouvelle-Zélande où Paul Cleave est né en 1974.


 

Cleave.jpgUn-pere-ideal.jpg"Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour y arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il se tourne pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur" (Sonatine).

 

Paul Cleave sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Vendredi 30 mars de 15h à 16h30,

- Samedi 31 mars de 12h à 13h, de 15h à 16h puis de 19h à 20h

- Dimanche 1er avril de 10h à 11h30 puis de 15h30 à 17h

 

 

 

Grand reporter à France Inter de France Info pendant 14 ans, producteur et rédacteur en chef pour TF1 puis directeur des magazines de M6 : Jacques Expert a dû en voir et « couvrir » des événements réels ! Son premier roman, La femme du monstre, paru chez Anne Carrère en 2007 avait déjà été remarqué par la critique.

A l’automne 2011, son quatrième polar Adieu marquait l’entrée des auteurs français au catalogue de Sonatine.

 

AdieuExpert"2001, Chatenay Malabry. Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi une victime ou bien le coupable ? Les recherches s’organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c’est au tour d’une seconde famille, tout aussi ordinaire, d’être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père reste introuvable. Presse, politique, police, les avis sont unanimes, un tueur en série est à l’œuvre. Seul Langelier s’entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu’il soupçonne d’être à l’origine des massacres. Devant son obstination, et son manque de résultat, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci est obligé de lui retirer l’affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s’efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l’obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard avec la révélation hallucinante d’une incroyable réalité. Comme dans ses précédents romans, Jacques Expert, met en scène avec maestria le quotidien de personnages en apparence ordinaires, mais dont la face cachée révèle d’insoupçonnables noirceurs" (Sonatine).

 

Jacques Expert sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Samedi 31 mars de 10h à 11h30, de 14h30 à 16h puis de 18h30 à 20h

- Dimanche 1er avril de 11h30 à 13h

 

Bien sûr, nous vous proposerons toutes les dernières nouveautés des auteurs Sonatine et notamment les parutions de ce début d’année :

Fabrice Colin pour Blue Jay Jay, Zoran Drvenkar pour Sorry, Steve Mosby pour Les fleurs de l'ombre, et le très attendu – tout juste sorti de l’imprimeur – Les anges de New York de R.-J. Ellory !

 

 

Quint.jpgAuteur d’une trentaine de livres, Michel Quint est né en 1949 dans le Pas-de-Calais. Après l’obtention d’une maîtrise d’études théâtrales, il devient dramaturge pour Théâtre Ouvert puis pour France Culture.

Il est l’auteur dEffroyables Jardins, paru en 2000 chez Joëlle Losfeld, vendu à plusieurs millions d’exemplaires et porté à l’écran par Jean Becker.

En 1989, il obtient le Grand Prix de littérature policière pour Billard à l’étage (Calmann Levy, repris en poche par Rivages).

 

Double actualité pour Michel Quint sur les Quais du Polar cette année :

 

Son dernier roman, Les Amants de Francfort, est paru en 2011 aux éditions Héloïse d’Ormesson.

 

Les-amants-de-Francfort.jpg"La nuit où Léna et Florent devinrent amants, un double meurtre fut commis dans leur hôtel de Francfort.

Florent avait toujours évité l’Allemagne. Trop d’histoires à conjurer, de préjugés à dépasser. Jeune éditeur à succès, il ne peut échapper à la Foire de Francfort, véritable Mecque du livre. Il pense y décrocher best-sellers et contrats juteux, mais une brune incendiaire va bouleverser ses plans, lui chambouler les sens et remettre en question sa vie entière" (Ed. Héloïse d’Ormesson).

 

En 2011 également, il a publié Close Up aux éditions de la Branche.

 

Close-Up.jpg"Au Quolibet, un cabaret miteux de Lille, Miranda fait un numéro humoristique de voyance. Un soir, elle reconnaît dans le public un important promoteur qui lui a causé du tort autrefois. Décidée à se venger, elle lui prédit sa mort avant le vendredi 13. L'homme est très vite victime d'une tentative de meurtre. Poursuivi, il se réfugie auprès de Miranda pour qu'elle lui prédise le danger à tout instant. Elle se retrouve à le protéger,  à risquer sa vie pour ce type qu'elle hait et dont elle souhaite la ruine" (Ed. de la Branche).

 

 

Michel Quint sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Dimanche 1er avril de 10h à 12h30, de 14h à 15h puis de 17h30 à 18h

 

 

 

 

 

 

Enfin, nous accueillerons Laurent Corre, auteur lyonnais de deux polars se passant pour partie à Lyon et dans la région : Celui qui se souvient, paru en 2011 aux éditions Les passionnés de bouquins, et L’inconnu de Lyon en 2008 chez Ravet-Anceau.

 

            Celui-qui-se-souvient.jpg                        L-inconnu-de-Lyon.jpg

 

Laurent Corre sera en dédicace sur le stand de Musicalame :

- Samedi 31 mars de 12h30 à 15h30,

- Dimanche 1er avril de 13h à 19h.

 

Retrouvez tout le programme du festival sur http://www.quaisdupolar.com et retrouvez-nous surtout au Palais du Commerce à partir de vendredi 30 mars à 12h.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 14:10

Au hasard d'une conversation avec Alexandra Schwartzbrod, journaliste à Libération, celle-ci m'a proposé d'écrire ce que je lui racontais de la réalité d'un métier qui fait tellement rêver.

 

L'article publié dans l'édition papier du 20 décembre 2011 se trouve ici :

http://www.liberation.fr/culture/01012378580-les-livres-ma-passion-ma-perte

 

Musicalame n'est pas un cas particulier : tous les petits libraires vivent peu ou prou la même chose.

Je ne suis ni désespérée ni résignée à tirer le rideau ! Loin s'en faut.

Mais il est temps qu'élus et fournisseurs réalisent enfin que notre activité commerciale n'est plus rentable.

S'ils veulent que survive un réseau de librairies en France, il faut les aider vraiment et vite !

 

Bonnes fêtes de fin d'année à tous. Que Noël vous soit doux et reposant.

 

Notez que la librairie sera fermée les lundi 26 décembre et 2 janvier après-midi.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 20:49

Vous avez été très nombreux à nous manifester votre soutien suite au « coup de gueule » de mi-septembre ( Le patrimoine de Lyon et son dépotoir... ). Vos mots, vos réactions, votre attachement à Musicalame nous ont fait un bien fou ! Voici donc des nouvelles 15 jours après.

 

Acceptant l’invitation de France 3 Lyon à venir en parler sur les lieux, un élu s’est enfin déplacé. Alléluia ! (voir ou revoir l’édition locale Grand Lyon du 19 septembre. Merci à eux, encore une fois.)

Il put donc constater en vrai ce qu’on tentait de faire savoir en vain depuis des mois.

Après les quatre ans que nous venons de subir, l’envie de croire à la promesse que "tout cela changera bientôt" reste prudente… Surtout, elle n’efface pas ce « Personne ne vous a obligée à vous installer là ! » particulièrement indigeste, et toujours pas passé d’ailleurs.

Mais au moins, le taudis sous les échafaudages a été nettoyé et les services d’entretien municipaux semblent avoir redécouvert le chemin jusqu’ici. Quant à une date de fin de chantiers, il n’y en a pas.

 

Aucune réponse n’a été apportée à la demande de ne pas fermer la rue, une 3e fois, pour la Fête des Lumières. Demande collective de tous les commerçants solidaires comme jamais. Demande cruciale pour Musicalame.

 

Pour obtenir une juste liberté de travailler là, j’ai besoin de vous, de vous tous.

J’ai besoin que nous nous « comptions », pour qu’ils comprennent que Musicalame est connue et appréciée et importante bien au-delà de notre petite rue lépreuse.

J’ai besoin qu’ils sachent que vous nous parlez des 4 coins de France, Corse et DOM-TOM compris, du Québec, de Suisse, d’Allemagne ou des Etats-Unis !

Et comme toujours en démocratie, seules les voix exprimées compteront.

 

Pour se compter efficacement, il n’y a que la pétition. J’en ai donc préparé une.

Pour qu’elle arrive en temps voulu chez le Préfet, le Maire de Lyon et celui du 1er (meilleur moyen de lutter contre le chronique : « c’est pas moi, c’est l’autre »), il faut agir vite.

 

Après une première tentative sur un site fonctionnant très partiellement, la pétition a changé d'hébergement.

Pour soutenir la demande de Musicalame, la pétition est là :

Pour que la Fête des Lumières ne maintienne pas, une fois encore, Musicalame dans l’ombre.

Signez et diffusez, relayez vers vos réseaux, activez vos amis et relations musique et danse.

 

Deux précisions pour les moins habitués à ce type d'outil :

- Seul votre prénom et vos commentaires (précisant éventuellement qui vous êtes d'ailleurs) apparaîtront publiquement dans la liste des signataires. Les autres informations ne seront visibles que de moi et des destinataires. Signer ne vous expose pas à une avalanche de spams : le site de pétitions s’engage à ne faire aucun usage des adresses électroniques.

- Quand vous avez signé, n’oubliez pas de valider votre acte en l’activant par le mail que vous recevrez immédiatement. Unique façon de vérifier que c’est bien vous qui vous exprimez. La version électronique de la lutte contre le « bourrage des urnes » en quelque sorte ;-)

 

La colère avec le son :

http://www.tribunedelyon.fr/index.php?pres-de-chez-moi//reportages//1/40644-isabelle-maillot-:--la-rue-pizay-est-devenue-un-taudis-

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 13:36

 

Les premiers colchiques roses déjà, quand les noix demandent encore un peu de patience, les vignes qui ploient sous les grappes avant que des volées de vendangeurs ne les soulagent, ce duvet de rosée blanche au matin sur les champs au vert déjà moins vif, et les jours qui raccourcissent, et les embouteillages de nouveau à l’entrée de la ville, et les souvenirs de vacances qui piquent les yeux comme une poussière de nostalgie…

C’est l’automne, et c’est la fête, puisque septembre, c’est Ambronay !

 

Partenaire de la première heure, fidèle entre les fidèles, Alain Brunet, « son festival » et les éditions d’Ambronay offrent un cadeau royal à Musicalame cette année : la présentation en avant-première du livre L’Abbaye d’Ambronay – Désirs de lieux, par Béatrice Méténier.

C’est jeudi 8 septembre à 19h30. Plus de détails dans la rubrique Agenda des Rencontres.

 

Du 9 septembre au 2 octobre 2011, profitez d’un programme exceptionnel concocté tout en l’honneur de Bach (www.ambronay.org/Festivals/2011).

Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets : du Bach et du baroque bien sûr, mais pas que.

Du jazz, du gospel, de la musique contemporaine et du monde, de la pop et de la danse, des conférences, des spectacles pour les enfants, des stars, des jeunes ensembles, des œuvres connues, des créations, à Ambronay, à Bourg, à Lyon. Bref : un vrai festival !

Ambronay, c’est loin ? Non ! 60 km pile. Et à 4 dans le même véhicule, ça ne coûte pas plus cher que 2 tickets TCL par personne.

Alors on s’organise, on covoiture, on profite des concerts d’après-midi très peu chers (les tarifs « jeunes » à 8, 12 ou 15 euros, ça le fait non ?) et surtout, on découvre et savoure un lieu, des gens, des musiciens fabuleux !

 

Jeudi 22 septembre à 19h30, on vous attend pour une rencontre / dédicace avec Philippe Lesage qui vient de publier aux éditions Papillon la première biographie en français d’Anna Magdalena Bach.

Gilles Cantagrel, préfacier de l’ouvrage, sera là aussi. Et comme vous aimez la musique, et bien des musiciens en feront pour vous. Les détails sont .

 

Au quatrième trimestre, nous accueillerons :

Jean-Philippe Dubor, pour deux conférences d’avant-concert sur le Requiem de Brahms et le Requiem de Fauré chantés cet automne par l’Ensemble XIX,

Gilles Cantagrel, qui (re)viendra présenter son dernier livre consacré aux Passions, Messes et Motets de Bach,

Nicolas Dufetel, à l’invitation du Cercle Richard Wagner qui célèbre l’année Liszt, pour son ouvrage racontant les pérégrinations en province du compositeur,

Bayarbaatar Davaasuren, un des plus grands chanteurs de chant diphonique en Mongolie, danseur traditionnel et directeur du Théâtre National des Chants et Danses Traditionnels à Oulan Bator. Quatre ans après avoir ébloui nos oreilles, il nous revient avec la complicité du GMVL (Groupe des Musiques Vivantes de Lyon).

Le Trio Anadyr (Sophie Béguier : harpe, Pascale Clavel : chant. Eric Modeste : tabla) pour une présentation musicale de leur répertoire.

et quelques autres encore dont nous dirons tout dès que possible.

 

Pour les détails de ces rencontres : tout est dans l’Agenda.

 

Bonne rentrée à tous et hauts les cœurs : quoi qu’il arrive d’ici là, l’été reviendra l’année prochaine !

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 14:26

Voici venir le temps des festivals et ces jolis moments à partager avec le public, les artistes et aussi, et surtout, avec les passionnés bénévoles qui consacrent une bonne partie de leur temps libre à organiser cela.

 

Peut-on imaginer la quantité d'énergie et de foi qu'il faut pour recommencer chaque année, contre vents et marées, à construire des programmations exigeantes et cohérentes, avec toujours moins de moyens et jamais assez de public qui vient apprécier les trésors proposés...?

Il faut soutenir ces fous de beau quand on aime la musique, l'humain ou la vie.

Il faut réserver à l'avance pour donner un peu de sérénité à ceux qui préparent (ah...penser le menu, faire les courses, cuisiner un repas pour 20 personnes et se retrouver tout seul devant...).

Il faut acheter ses places et accepter d'en payer le juste prix : la gratuité est éphémère ! Après, ne resteront que la bêtise, le silence et la solitude.

Il faut y aller, remplir les salles, applaudir les artistes, soutenir ceux qui créent encore et ceux qui oeuvrent pour que "cela" existe !

 

Par exemple, les Vendredis Baroques de Dardilly fêtent en 2011 leurs 20 ans d'existence.

Pour cet anniversaire, la programmation est tout entière consacrée à Bach. Celui d'hier et d'aujourd'hui. L'oeuvre de Bach et celles de ceux qu'il a inspirés.

Dix concerts magnifiques pour 4 week-ends thématiques du 26 mai au 26 juin 2011, avec tout le gratin de la musique baroque contemporaine.

Il faut y aller ! www.vendredisbaroques.fr

 

Qui n'a pas frissonné d'émotion devant le soleil couchant sur les pierres dorées de Saint-Germain au Mont d'Or se prive d'un plaisir rare.

Cette année, le Festival des Pianissimes vous propose un week-end magnifique du 17 au 19 juin 2011 avec des musiciens bourrés de talent, tous lauréats des plus grands concours internationaux. Assis dans l'herbe entre deux concerts, autour d'un verre après le dernier rappel, c'est l'occasion rêvée de les rencontrer, de parler avec eux, de partager cette lumière toute particulière que donne aux yeux le plaisir des oreilles.

Il faut y aller ! www.pianissimes.org

 

Un peu plus tard, dans cette Drôme gorgée de soleil où le chant des cigales remplace avantageusement le vacarme de nos soirées citadines, Bach en Drôme des Collines se déroulera du 18 au 28 juillet 2011 à Saint-Donat et les alentours.

Henri Demarquette et son violoncelle dans des oeuvres de Bach, Gabrielli et Tanguy,

"Notre" pianiste lyonnais Wilhem Latchoumia dans Bach et Ligeti,

L'accordéon de Richard Galliano et l'orgue de Thierry Escaich pour un duo qui s'annonce mémorable,

Les conférences de François Martin, Alain Balsan, Claire Demarche et Gilles Cantagrel.

Il faut y aller ! www.bachendrome.fr

 

Cette année encore, Musicalame se démultipliera autant que possible pour apporter livres et disques là où la musique vit.


On fait circuler aux amis qui se réjouiraient de savoir et de participer à la fête ?

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 19:00

 

Dernière minute - Dernière minute - Dernière minute - Dernière minute - Dernière minute - Dernière minute

 

Hervé Dupuis-Slota étant souffrant,

le concert du mardi 22 mars est annulé... ou reporté à plus tard...

 

 

 

Mardi 22 mars 2011 à 20h00

 

Marie-Laure FRINZI (voix) et Hervé DUPUIS-SLOTA (piano)

 

vous invitent à Musicalame pour un moment musical autour de poétesses et compositrices du XIXème et du XXème siècle.

 

Tout le détail du programme Ecritures au féminin dans l'Agenda des Rencontres.

 

Venez nombreux : ces deux-là ont fait le déplacement juste pour vous et nous !

 

 

Frinzi Dupuis-Slota

Partager cet article
Repost0