Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 17:34

IMGP0690

Ce week-end encore, les Journées Européennes du Patrimoine draineront vers le centre de Lyon des milliers de visiteurs, touristes ou locaux, mais une fois de plus, Musicalame sera exclue de la fête…

Pourquoi ?

 

Parce que depuis des années, la rue Pizay est un dépotoir nauséabond que personne, sauf à y être obligé, n’emprunte volontiers, à supposer encore qu’il n’en soit pas physiquement empêché.

 

Ça a commencé par l’interminable chantier du Starbucks (mais alors, nous ne savions rien vraiment du sens du mot « interminable »…).

 

Ça s’est poursuivi par la réfection de l’immeuble de la Police Municipale (démarré en fanfare en mars 2010, ce n’est toujours pas achevé aujourd’hui. Belle efficacité !)

 

Comme par enchantement, deux jours avant le défilé de la Biennale de la Danse, il y eut quelques heures de propreté : la Culture, la vraie, impose parfois des sacrifices aux services municipaux apparemment.

 

IMGP0500

Dans la foulée, délicieuse période de forte animation et de désert commercial avec le braquage du bureau de change rue de la République fin septembre, suivi de près par l’inoubliable concerto pour marteau-piqueur et dameuse qui dura une pleine semaine sous nos fenêtre pour je ne sais quelle canalisation.

Ce dont on se souvient en revanche, c’est que pendant cette semaine-là, personne ne pouvait venir à la librairie totalement inaccessible toute la journée. La fête non ?

 

Virent ensuite les émeutes de l’automne et le blocage des transports en commun qui nous ont bien remonté le moral.

 

Avant que l’enfer reprenne de plus belle fin octobre 2010 pour la réfection de l’immense immeuble voisin du nôtre.

 

 

 

 

Comble de l’acharnement manifeste contre ceux qui tentent de survivre rue Pizay, « on » a décidé de bloquer l’accès pendant toutes les festivités du 8 décembre, dès 16h30, même et surtout aux piétons et potentiels clients de nos commerces.

Quatre CRS et leurs barrières de chaque côté chaque soir : circulez, y a rien à voir !

 

IMGP0683

Ceux qui prennent la décision d’interdire toute activité à une librairie à trois semaines de Noël sont soit inconscients, soit assassins. Dans les deux cas, ils ont bien de la chance : leur salaire (payés aussi par mes impôts et mon travail) tombe tous les mois. Le nôtre n’existe pas si nous ne pouvons pas vendre de livres !

 

Jamais un mot d’explication.

Encore moins d’excuses pour le « dérangement ».

Pas la moindre indemnisation bien sûr pour le manque à gagner.

Quelques promesses d’amélioration à l’époque (qui n’engagèrent que nous, tant nous voulions les croire).

Même plus de réponse à nos appels au secours des derniers mois. Il faut dire que nous ne sommes pas en période électorale et que Pierre-Yves est parti… Un seul directeur de cabinet vous manque et tout est négligé.

 

Mais à ce train, c’en sera bientôt fini de 6 années de vie, d’investissement, de travail, d’enthousiasme et d’espoir.

 

 

IMGP0367

Jeudi 22 septembre, nous accueillerons Philippe Lesage et Gilles Cantagrel, ancien directeur de France Musique, membre du Haut Comité aux célébrations nationales et de l’Académie des Beaux-Arts.

 

Samedi 24 septembre, c’est Frédéric Lodéon, qu’on ne présente plus, qui viendra jusqu’à nous.

 

Et vous savez quoi ? J’ai HONTE de les imaginer longer la décharge qu’est cette rue pour accéder à Musicalame. J’ai honte et je me dis que bien d’autres devraient avoir honte avec moi !

 

 

 

Pour conclure, un rappel à nos élus si chers : la rue Pizay fait aussi partie de la zone classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Elle n’en est pas le dépotoir.

PS : il manque "l'odeur" sur les images. Mais avec un petit effort, on imagine aisément.


Partager cet article

Repost 0
Published by Librairie Musicalame
commenter cet article

commentaires